mercredi 13 janvier 2021

Le bonheur est au fond du couloir à gauche de J.M. Erre

 


Ce nouvel opus de J.M. Erre devait sortir au printemps dernier. Le confinement a eu raison de sa parution qui nous aurait pourtant aider à passer plus agréablement ce (s) moment(s). Les romans humoristiques cultivent la rareté dans les catalogues des éditeurs et possèdent quelques points communs avec les nombreuses comédies sortant au cinéma : ce n'est pas sérieux de fait rire et surtout ça n'arrachera jamais l'ombre d'un prix prestigieux ( littéraire ou César). Du coup sa sortie s'est retrouvée reportée d'un an, l'éditeur ayant pensé ( à juste raison) que ce petit bijou aurait été noyé en septembre dans le flot des nouveautés visant toutes le Goncourt. Pourtant, écrire avec du style, de l'invention tout en faisant rire et osant faire réfléchir le lecteur sur nos sociétés contemporaines, avouons-le que ce n'est pas donné à tous ces écrivains qui se pavanent sur les rares plateaux télés qui veulent bien les inviter.
 
L'époque n'est pas portée sur la gaité et si l'on pitche rapidement l'intrigue de "Le bonheur est au fond du couloir à gauche", pas certain que pense d'emblée à un roman qui va nous faire éclater les zygomatiques. Michel H, le héros ( H est bien son nom de famille complet !), ne possède que sa jeunesse pour nous faire envie, une petite vingtaine d'années de vie uniquement consacrées à quelques névroses que psys et médicaments n'ont guère soignées. Sans emploi, assez dépressif et surtout fraîchement largué par Bérénice, le récit sera déroulera sur une petite journée, espérant le retour de sa belle. 
Alors, oui, ce point de départ peut faire penser au  " Le discours" de Fabcaro ( collègue humoriste  de J.M. Erre, très proche de son frère Fabrice), même situation d'aimée attendue et monologue intérieur. Mais là où un Fabcaro tirait son roman vers l'absurde, J.M. Erre, lui, va, tout en déployant un engrenage parfaitement huilé de vaudeville, imprégner son récit d'un véritable dézingage en règle de tous ces ouvrages ou tutos de développement personnel qui cartonnent  auprès de tous les mal dans leur peaux. La littérature qui fait du bien ( uniquement aux comptes des éditeurs et des libraires rappelons-le)  et internet avec ses forums divers et variés en prennent pour leur grade ( je recommande surtout un passage encore plus hilarant que les autres sur cette maniaque japonaise du rangement ).  
Inutile d'en raconter plus tant il faut aller découvrir ce nouveau J. M. Erre. Sa plaquette de gélules en couverture devrait faire penser à Olivier Véran de faire rembourser ce roman par la sécurité sociale tant il apportera de bienfaits à ses lecteurs : Rire ( indispensable en ce moment) et dérision ( tout aussi indispensable pour traverser ces temps pour le moins troubles) sont un meilleur remède que toutes ces pseudos thérapies de bonheur vendues à l'envi. Encore une fois, J.M. Erre écrit drôle et gagne !  





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Dans les vestiaires de Timothé Le Boucher

Après les succès de "  Le patient "   et de  "Ces jours qui disparaissent"   ,  ressort le deuxième album de Timothé Le ...