lundi 29 juin 2015

Une seconde mère de Anna Muylaert


Regardez l'affiche de ce film et que voyons nous ? Des mots "comédie jubilatoire", "Euphorisant", "Splendide" et puis un titre, fleurant bon le mélo, avec en plus la tendresse infinie d'une mère que nous renvoie la photo. Si l'on regarde bien, une colonne de lauriers glanés dans divers festivals à travers le monde, donne à penser que nous avons là une pépite exotique qu'il ne faut pas rater.
Vous pensez bien, c'est tout à fait un film qui emballe le spectateur, mais, étrangement, je n'y ai pas vu ce que le distributeur veut nous faire croire. Ce n'est pas vraiment une comédie, c'est euphorisant uniquement parce que le film est réussi et rarement mélo (je reviendrai sur le "rarement " plus loin).
Nous sommes au Brésil, dans une riche famille branchouille. La mère est une sorte d'égérie modeuse, une Inès de la Fressange locale en version enrobée. Le père, plus âgé, moins clinquant, vit des royalties de tubes interplanétaires  composés jadis. Ils ont un fils, adolescent sans trop de problème, profitant la vie dorée et facile que lui offrent ses parents aisés. Et il y a aussi le personnel de maison, un chauffeur, une bonne et surtout Val, cuisinière, servante, nounou de la famille depuis la nuit des temps. Dotée d'un tempérament explosif mais tempéré par son absolue servilité et une conscience extrême de sa place dans la société, Val, en retrouvant sa fille après plus de dix ans de seuls contacts téléphoniques, va voir basculer son univers bien réglé.
Le film commence doucement, prenant le temps de poser le lieu et quelques petits détails dont l'importance apparaîtra au fil du récit. Ca  monte crescendo, happant le spectateur dans une histoire admirablement tissée, mêlant avec délicatesse et justesse les thèmes de la maternité et des rapports de classe. En ne quittant presque jamais cette villa moderne, Anna Muylaert emprisonne ses personnages pour je jamais les lâcher. Sa caméra capte la moindre hésitation, le plus petit froncement de sourcil, créant une tension dramatique de plus en plus oppressante. Nous aussi on épie, on frémit de se faire surprendre à manger la glace du fils de famille, on est gêné lorsque nous occupons illégitimement la cuisine de ces bourgeois et nous jubilons lorsque Val, ose enfin se glisser dans la piscine. Il y a dans ce film tous les enjeux d'une société brésilienne en plein boom économique mais aussi un discours plus universel sur la place de chacun dans un monde qui aime les soumis et les forts. Et quand la force est distribuée du côté des soi-disant faibles, les équilibres deviennent précaires, instables et les consciences sont secouées et mises à rude épreuve. Nous devenons les spectateurs attentifs et empathiques de ces luttes de pouvoir, de ces jalousies qui nous renvoient forcément à quelques uns de nos combats personnels ou idéaux. C'est prenant de bout en bout même si je regrette que la fin un peu mélo, dépareille un tantinet avec l'intensité assez vénéneuse donnée à tout le récit.

Mais là où je rejoindrai le distributeur et son affiche tonitruante, oui, ce film est une jolie surprise, de celles qui donnent envie de retourner au cinéma et surtout de conseiller d'aller s'enfermer deux heures dans une salle fraîche mais sous le soleil un rien militant de ce film brésilien. Ce sera mon conseil de la semaine !

La contagion de Walter Siti


Contrairement à ce que peut laisser penser le nom de cet auteur, ce roman nous vient d'Italie. Roman ? Pas bien certain que "La contagion" en soit vraiment un. Le montage qui nous est proposé assemble de la fiction, de la sociologie, des lettres et de nouvelles, tournant toutes autour d'un même thème : Les borgate, qui sont des banlieues romaines, édifiées durant la période fasciste pour loger les plus pauvres que l'on ne voulait pas au centre d'une ville que l'on désirait belle et bourgeoise ! En posant son regard sur ces zones, déjà décrites il y a bientôt 50 ans par Pasolini notamment, Walter Siti, dresse un portrait sérieusement grinçant d'une société glissant vers une déliquescence morale que rien ne pourra arrêter.
Au départ, un peu comme dans "La vie mode d'emploi" de Perec, le livre nous fait entrer dans le quotidien des habitants d'un immeuble. On y vit en couple, très loin des diktats d'une pseudo morale chrétienne, oubliée depuis longtemps. Les hommes, loin du cliché du bellâtre italien, sont quasiment tous bisexuels, mais toujours aussi machos, les femmes étant toujours cantonnées à rester à la maison à faire des enfants, râler ou faire la pute. On y consomme de la cocaïne, présentée ici comme seule nourriture pour laquelle il vaut encore le coup de vaguement travailler, la pizza calzone ayant été retirée de la carte des menus de ces italiens nouveau genre. Comme c'est un article qui coûte quand même un peu cher (la coke pas la pizza !) tous les moyens sont bons pour se la procurer ; les coups tordus, les montages financiers douteux, la rapine, faire usage de son corps en le vendant sous différentes formes, du cinéma à se faire sodomiser. Au milieu d'une galerie de portraits sans équivoque, Walter Siti prend de la hauteur pour poser un constat d'abord historique sur cette vie dans ces banlieues où le bien et le mal peinent à se différencier, puis plus sociologique, analysant comment ce mode de vie  tourné vers un plaisir facile contamine toute la société, y compris les franges les plus nanties.
Dire que j'ai été passionné par ce roman serait faux. J'ai comme eu l'impression que tout cela tournait en rond. Les personnages apparaissent ou disparaissent au gré des divers déménagements mais ont tous quasiment le même comportement, à savoir, je me  fais une ligne et je cherche à baiser. Au bout d'un moment on a bien compris que Walter Siti, spectateur attentif des moeurs actuelles, a bien pris note que de nouveaux comportements s'étaient emparés de la société, aveuglée par une vie simpliste de plaisirs faciles. Accompagné par une belle écriture (merci Françoise Antoine la traductrice), tout cela n'évite pas la répétition et laisse les personnages présentés peu à même d'évoluer dans un sens ou dans l'autre. Le constat dressé est effrayant, tristement réel sans doute, mais le regard de l'auteur reste ambiguë, oscillant entre fascination et renonciation. Le roman propose  le rêve d'un gay qui aimerait que tous les hommes soient opens et le cauchemar d'un érudit qui voit s'effondrer tous les remparts moraux d'une société gangrenée par la cocaïne. Cela a le mérite de nous secouer un petit peu, mais je ne suis pas totalement convaincu par le résultat. Reste un texte fort et alambiqué, érudit et foisonnant, percutant et dérangeant. C'est assez notable pour que les lecteurs curieux aillent faire un tour du côté de cette littérature italienne n'ayant pas vraiment pignon sur rue.



Roman lu dans le cadre de "Masse critique " du site Babelio que je remercie. 
  


jeudi 25 juin 2015

Les mille et une nuits Volume 1 : L'inquiet de Miguel Gomes


Ne cherchez pas dans le dernier Miguel Gomes une adaptation moderne des mille et une nuits, vous risquerez de remiser bien vite vos parfums d'Arabie. Si le réalisateur emprunte le titre et vaguement la trame du célèbre conte oriental, c'est uniquement parce que,dépassé par son manque d'inspiration pour filmer le combat des ouvriers licenciés des chantiers navals et l'invasion de guêpes asiatiques, il décide de fuir le tournage et de laisser aller son imagination pour raconter en histoires, la dureté d'un Portugal mis à genoux par les institutions européennes et le FMI.
Dès le début, le film s'annonce libre et foutraque, laissant de côté le documentaire politique et militant pour emprunter les sentiers d'une narration décousue et inventive. Son maître mot semble être : Au Portugal, on n'a pas de thunes mais on a des idées! Et effectivement, pour pallier à ce manque de moyens évident, assez visible à l'écran, tout sera bon au réalisateur pour essayer de le contourner. Les soi-disant contes seront décalés, Grivois pour le premier avec ses financiers atteints de priapisme pour leur grand bonheur d'impuissants notoires. Fantastico/fantaisiste pour ce coq au chant énervant dont le dialogue avec un juge parlant "poulet" permettra de prévenir d'une malédiction. Généreux et proche du documentaire pour ces " magnifiques", les mêmes ouvriers du début qui bravent le froid d'un premier janvier pour une baignade solidaire et médiatique dans un océan aussi gris que l'espoir d'un population mise à l'écart du système libéral. A ces histoires, viendront se rajouter des idées rigolotes ou agaçantes, c'est selon. Des enfants joueront des adultes, on parlera de multiples langues, on verra s'inscrire en français des SMS bourrés de fautes ou d'abréviations, une baleine échouée explosera, ... tout cela jouant métaphoriquement avec la situation de ce pays lors du tournage.
Ce bric à brac cinématographique est sympathique, généreux même ...mais dire que j'ai été passionné serait mentir. Un peu lourdingue, un peu étiré aussi, l'ennui s'invite par moment, donnant au spectateur l'impression d'un projet proche de l'amateurisme. Mais il est quand même difficile de faire un sort à ses mille et une nuits, tellement la ferveur et l'ambition du projet force la sympathie. Boursouflé, empesé , pesant, le film parvient pourtant à étonner et à émouvoir, surtout dans la simplicité d'un long plan fixe sur un couple parlant de son quotidien de crise, moment finalement paradoxal dans un long métrage cherchant à fuir la tentation du documentaire. Je me suis pris à penser que la simplicité avait parfois du bon, qu'une narration explosée et déjantée, utilisée comme un jeune chien tout fou, n"arrivait pas toujours à transcender un discours pourtant militant.
J'aime cette idée de cinéma libre de toute convention, j'aime cette ténacité et cette audace à essayer de présenter un sujet très sérieux de façon ludique. Et même si l'ennui guette, même si quelquefois l"amphigourisme pointe le bout de son nez, reconnaissons encore une fois à Miguel Gomes son originalité  et son goût pour les paris audacieux. On ne peut avoir que de la sympathie pour tous ces magnifiques résistants de par l'Europe et le monde. Alors aidons-les en visionnant leurs oeuvres, on en retire toujours quelque chose même quand ce n'est pas complètement réussi.


lundi 22 juin 2015

Vice-versa de Pete Docter


Riley, onze ans vit heureuse dans le Minnesota entourée des parents aimants. Foin de poupées, de couleur rose bonbon , de yeux de biches langoureux, la petite fille voue une passion pour le hockey. a le regard malicieux et une bouille lambda. Tellement banale, que les studios Pixar oublient de la rendre attachante car, au final, ce n'est pas elle l'héroïne, mais Joie, celle qui régit dans sa tête ses émotions, en compagnie de ses acolytes Tristesse, Peur, Colère et Dégoût. Joie, jusqu'à présent, était l'émotion la plus importante, la figure centrale d'une vie heureuse et sans histoire. Mais déménager au sortir de l'enfance, arriver dans une ville inconnue et dans un logement assez minable, vont bouleverser la petite fille. Et comme dans son cerveau Tristesse va malencontreusement contaminer les souvenirs heureux conservés dans des boules soigneusement rangées dans la mémoire, Joie va devoir multiplier les sauvetages périlleux pour arriver à ce que la petite puisse franchir cette épreuve sans trop de dommages et pouvoir avancer dans la vie. Un long périple va s'engager dans des zones inconnues du cerveau...
Je dis long, car, mais oui, le film m'a semblé un peu poussif malgré l'habituelle offre de loopings et de cascades en tous genres inhérente aux films d'animation actuels. Si, comme souvent chez Pixar, l'idée de départ flirte avec le génie, le développement de l'histoire ne sort pas des sentiers battus et pêche par un manque de surprises. Bien sûr, la mise en images du cerveau avec ses boules multicolores, son organisation en île de la personnalité sont de vraies trouvailles visuelles. Mais tout cela n'est que la toile de fond d'un récit sans surprise, un peu répétitif,  parfois électrisé comme le passage délirant dans la zone de la pensée abstraite, mais plombé par des personnages très originaux hélas exploités au minimum syndical. Le pouvoir comique, voire corrosif, des représentants des émotions n'est que rarement mis en valeur, préférant laisser la place à une Joie, mignonne, pétillante mais pas très drôle et à une Tristesse, pas franchement hilarante non plus et au final assez conventionnelles dans leur personnalité.
Si le thème des émotions enfantines et du passage difficile vers l'adolescence est un sujet gonflé dans ce genre de production, si la mise en images du cerveau de la petite est une trouvaille réellement bluffante, le développement de l'intrigue ne suit pas vraiment, préférant prendre les sentiers bien balisés de rebondissements banals et d'un moralisme de bon aloi. Tout cela manque sérieusement du mordant d'un Shrek2 ou d'un Toy Story 2.
"Vice-versa" reste cependant un bon film. L'animation est au top. C'est coloré, ça grimpe, ça chute, ça crie, ça essaie de nous faire rire et même pleurer. Et je me dis que comme la petite fille du film peine à passer au stade adolescent, les studios Pixar, en misant sur un sujet somme toute adulte, éprouvent aussi une certaine difficulté à proposer un long métrage pour tous publics vraiment original. En conservant une structure moult fois éprouvée lors de leurs précédentes productions (la route semée d'embûches auquel le  héros (ou l'héroïne) arrive toujours in extremis à être sauvée d'une situation vertigineuse), et malgré idée de départ et décorum d'une originalité folle, "Vice-versa" trop formaté dans sa conception, ne surprend que peu.
Ceci n'est qu'un avis totalement personnel. La critique est unanime et les deux personnes qui m'accompagnaient aussi... Aurai-je perdu encore un peu plus cette part d'enfance et d'émerveillement qui me restait ? Cela s'appelle peut être le passage de l'âge adulte au stade vieux grincheux ? (pour pas dire autre chose ) Dites, les mecs de chez Pixar, ça pourrait faire un super sujet, non ?  La population occidentale vieillissante est nombreuse et pourrait claquer un peu de sa retraite pour regarder une telle production. Et ça pourrait être drôle et grinçant les débuts de la sénilité et le passage à l'âge du vieux con...


jeudi 18 juin 2015

Valley of love de Guillaume Nicloux

"Valley of love" est un film singulier, aux multiples entrées, fait sans doute pour titiller la curiosité du spectateur et ses goûts cachés pour les rubriques peoples, écrit pour passionner les cinéphiles qui y retrouveront toutes les marques d'un cinéma de bon goût et peut être interroger aussi sur la mort, le deuil, le couple, la séparation.... Bref du cinéma français jouant sur tant de tableaux, qu'il pourrait friser l'indigeste et qui, pour moi, rate sa cible.
Le pitch, cent fois rabâché  dans les médias, est simple . La lettre posthume d'un fils suicidé, fait retrouver ses parents, séparés depuis fort longtemps, dans un motel proche de la Vallée de la Mort. Il leur promet une apparition s'il respectent bien les rendez-vous donnés dans la lettre....
Le problème pour moi, (mais est-ce un problème?) c'est que je n'ai pas vu Isabelle Huppert et Gérard Depardieu... Certes, ils sont bien tous les deux dans le film, l'un aussi massif que l'autre est gracile, mais ils me sont apparus comme deux personnages romanesques, vivant une histoire lente et confinant au mystique. Ils ont beau s'appeler Gérard et Isabelle, balancer des dialogues bourrés de sous-entendus, ils sont complètement des personnages de fiction, réunis dans un film que l'on pourrait penser réalisé par Gus Van Sant. Leur couple improbable (on peut comprendre qu'il n'ait pas fonctionné) et pourtant attachant, repose bien sûr sur l'interprétation impeccable des deux comédiens avec une prime pour Depardieu qui, avec une sobriété étonnante fait passer beaucoup de douceur et d'émotion dans cet homme peinant et suant sous le soleil, métaphore de sa vie finissante. Toutes les allusions sur leur carrière ou leur vie personnelle, sont savoureuses pour qui veut jouer aux clins d'oeil, mais deviennent vite agaçantes, rendant cette histoire trop joueuse pour être au final prise au sérieux.
 A jouer plusieurs tableaux, le film rate finalement sa cible. Est-ce un hommage aux deux grands acteurs du cinéma français depuis plusieurs décennies ? Ou à Guillaume Depardieu, dont l'ombre plane sans cesse ? Est-ce également une envie de  l'éclectique réalisateur de tenter un film art et essai, inspiré par Gus Van Sant, déjà cité mais dont les longs travellings des héros déambulant rappellent sa période "Gerry" et " Elephant" ou  Antonioni pour le thème de la disparation ? Ou est-ce un joli coup de producteur réussissant à réunir deux monstres sacrés qui ne s'étaient jamais croisés à l'écran depuis plus de 30 ans ? Un peu tout cela à la fois sans doute... mais du coup, on se perd un peu dans cette oeuvre hybride. Le Nevada est très photogénique, Isabelle Huppert a peut être une toute petite valise mais contenait au final un une collection fort printanière et fleurie mais on s'ennuie quand même pas mal sous le soleil. La présence de deux grands acteurs formidables, envoie talentueusement valser le supposé jeu réalité/fiction tant attendu mais ne suffit pas à rendre passionnante cette rencontre, émaillée de quelques scènes longuettes ou pas convaincantes (la lecture à haute voix de la lettre du fils par Huppert est un peu forcée).
"Valley of love" sous ses allures de grand film mythique restera sans doute comme une curiosité, un essai intéressant mais trop disparate pour former un oeuvre totalement convaincante.




dimanche 14 juin 2015

Comme un avion de Bruno Podalydès


Ce film est un PUR BONHEUR ! Voilà, c'est dit ! J'ai été complètement happé par le charme poétique du film...alors que j'y suis allé en traînant les pieds, le précédent du réalisateur, "Adieu Berthe", ne m'ayant pas du tout convaincu. En plus, je savais  les critiques enthousiastes comme pour le dernier Desplechin (de sinistre mémoire pour moi) et je pensais bien que cette fois-ci encore, on passait la brosse à reluire pour tenter d'amortir au maximum une de nos productions nationales réalisée par une personne possédant le fameux ticket qui ouvre toutes les portes du papier dithyrambique. 
L'histoire d'un premier abord n'est guère affriolante. Un jeune quinquagénaire, bossant dans une entreprise branchouille parisienne, est passionné par l'aéropostale. Et puis, suite à une remarque de son boss autour des palindromes (mots qui se lisent dans les deux sens comme "sexes" ou 'Laval"), il découvre le kayak. Soudain, sa vie va prendre un autre cours. Il va se rêver pagayant sur des rivières aussi verdoyantes que limpides, une envie de liberté, de casser le quotidien, de s'offrir une échappée belle le prend aux tripes. Et c'est ainsi qu'adoubé par une femme aimante et compréhensive et après avoir dévalisé Le Vieux Campeur et Décathlon de leurs produits les plus pointus, il se posera sur une jolie rivière. A lui l'aventure ! Il n'ira pas bien loin, sa première halte, vers laquelle il reviendra toujours,  lui fait découvrir un endroit chaleureux, rempli de doux farfelus et dirigé par une maîtresse-femme bien accorte.  
Pas de suspens ici, ni de rebondissements, ni de scénario qui s'emballe. Nous sommes dans un cinéma empreint d'une douce poésie. Si comme moi vous vous laissez emporter au gré du courant d'un film complètement rêveur, vous croiserez aussi bien une poule peinte en bleu que de savoureux dialogues jouant sur les mots. Le bonheur est sur la rivière et sur ses berges. C'est un pur délice de tendresse, de drôlerie, de bien être. Le film est tout en rondeur comme son acteur/ réalisateur, pulpeux comme sait l'être Agnès Jaoui en restauratrice sensuelle, pétillant et mélancolique comme Vimala Pons, qui pleure ses amours envolés quand il pleut. La réalisation épouse à merveille cette randonnée, avec une caméra caressant une nature préservée et des personnages dont elle ne voit que les doux côtés. 
Tout cela aurait pu être vaguement cucul la praline mais le regard de Bruno Podalydès est si tendre que tout passe en finesse. Et derrière ce propos hautement  hédoniste transparaît délicatement tout d'abord une petite critique de nos conforts urbains et de nos petites habitudes bourgeoises. Puis, cela évolue vers un discours plus profond, mais toujours bienveillant, sur nos libertés. Liberté de vivre quelques rêves sans les oripeaux d'une société formatée, liberté du couple où chacun est une unité qui n'appartient à personne, liberté de mettre entre parenthèses des moments de nos vies pour pouvoir par la suite continuer à aimer partenaire habituel ou amis. 
Sous des airs suaves et naïfs, "Comme un avion" est en fait un film poil à gratter, prouvant par le bonheur et la douceur, que la vie peut vous surprendre et vous enrichir, vous cajoler et vous émerveiller, à la seule condition d'ouvrir grand les écoutilles et de se laisser de temps en temps porter, de, pour employer une expression à la mode, lâcher prise. J'ai eu la chance de pouvoir le faire en regardant ce film. J'espère que beaucoup se laisseront aller comme moi et éprouveront l'immense plaisir de partager ce fort beau moment cinématographique qui nous invite à nous ouvrir aux autres, à la nature, à la bienveillance, à la vie !




samedi 13 juin 2015

Histoires de famille de Pelle Forshed


Difficile de parler de la richesse de ces nouvelles graphiques venues de Suède. L'éditeur évoque la fin de vie de gens ordinaires et la  solitude des proches qui accompagnent ces personnes âgées. C'est cela bien sûr, mais pas que. Je dirai que c'est aussi une pertinente description du travail de tous ces auxiliaires de vie, qui par leur présence, leur plus ou moins grande humanité, font que les plus anciens ont encore un semblant de vie décente. Mais on trouve aussi, en creux, une réflexion sur la disparition, sur cette fin qui guette tout un chacun et que certains appréhendent au jour le jour alors que d'autres la fuient. En suivant le travail de Pelle, jeune auxiliaire de vie , pas plus courageux ni empathique qu'un autre, jonglant entre les taches ménagères et la toilette d'anciens au bout du rouleau. on pénètre dans un quotidien rarement évoqué en bande dessinée. L'ingratitude du travail, le regard méfiant des proches se tenant pourtant à distance mais exigeant un service sans faille, les manies, les lubies de tous ces êtres dont le lien à la vie est vraiment ténu, sont évoqués sans fard. 
On peut éprouver, je le sens bien, une petite réticence à aller ouvrir ces "histoires de famille". Tout cela apparaît un peu plombant, pas glamour pour deux sous. Malgré un dessin simple, aux couleurs pastels (aux tonalités automnales quand même ) nous sommes très loin effectivement d'un album youp la boum. Ce n'est pas souvent que des grabataires et la mort qui va avec sont conviés au pays du 9 ème art. Cependant, au delà de ce thème peu porteur, Pelle Forshed nous propose, en plus de cette plongée au pays de l'ultime solitude, une véritable fresque  extrêmement virtuose, tant au niveau du soin apporté à la restitution de ces tranches de vie qu'à la construction enchâssée tout en finesse de ces nouvelles. Avec ces airs de simplicité, le dessin regorge pourtant de petits détails pas si anodins que ça, apportant une force inouïe à ses récits, tous plus ambitieux les uns que les autres. Car, oui, il faut le dire, l'auteur ne se contente pas comme beaucoup d'autres, d'aligner des anecdotes, mais construit son récit de façon très littéraire, maniant diverses intrigues dans des tonalités différentes, du suspens genre Patricia Highsmith  (La famille)  au récit psychologique perturbant (Eau bouillante) en passant par un fulgurant et impressionnant récit de dernier souffle (Noir et blanc). Et si je vous dis, que les personnages ont des agissements tout à fait personnels mais humains mais aussi un peu dérangeants, la tentation du suicide pour Liisa ou celle de l'échangisme pour Ake, vous aurez compris que ce roman graphique est une petite pépite comme on en trouve peu sur les rayons.  
Pas très drôle, "Histoires de famille" est vraiment un album qu'il serait dommage de snober tellement sa parfaite composition et sa tonalité vraiment originale en font un véritable incontournable, le tout dans une édition papier de toute beauté. 



mercredi 10 juin 2015

Vernon Subutex T1 de Virginie Despentes


"Vernon Subutex" est le premier tome d'une trilogie dont le rouleau compresseur médiatique nous dit le plus grand bien, étant commercialement entendu que plus il y aura de lecteurs sur le volume 1, meilleur sera le rendement sur la suite.
Je ne me suis pas jeté sur le livre, Mme Despentes ne m'ayant jamais vraiment convaincu avec ses précédents écrits. Les premiers retours des lecteurs étant mitigés (en gros 50 % visiblement enthousiastes, 50 % déçus ), j'ai attendu que le hasard me mette le livre entre les mains pour me plonger dans la vie de cet ancien disquaire sans emploi.
Je dois avouer que j'ai tout de suite été scotché par le roman. L'écriture, libre de toute contrainte, épousant à merveille la description sans complaisance d'un XXI ème siècle arrogant et déboussolé m'a très vite emporté dans le  sillage de ce Mr Subutex, qui se trouve éjecté de son petit deux pièces faute d'avoir régler le loyer. Dans un premier temps, usant de son carnet d'adresses et de son compte Facebook, il va squatter chez des amis, souvent d'anciens musicos comme lui. Puis, peu à peu, il va s'enfoncer dans la précarisation... mais, hélas, moi , lecteur, dans une certaine lassitude. Plus il sombre, plus j'ai sombré dans l'ennui. Si c'est voulu, c'est réussi. Mais pas sûr que le projet soit de cet ordre.
Je vois bien ce que Mme  Despentes nous propose avec son projet de trilogie ; une description décapente, voire inconfortable de notre époque, avec ses contradictions,  ses rêves brisés face à un libéralisme triomphant. Si l'on s'en tient uniquement à cela, c'est en grande partie réussi, car elle arrive à nous donner moultes points de vue, quelques fois assez politiquement incorrects car camouflés derrière des personnages trashs, fachos, bobos ou paumés. Seulement, le procédé utilisé ne convainc pas du tout. Vernon, naviguant de canapés en lit de fortune, épuise son carnet d'adresses et nous avec. Si l'auteure a une vision extrêmement précise du monde d'aujourd'hui, si en excellente observatrice de nos sociétés, elle parvient à nous balancer dans la gueule des vérités pas toujours bonnes à lire, elle néglige complètement son histoire, qui ne traîne même pas, car quasi absente. Elle se résume en une succession de portraits, souvent à la première personne, des amis chez qui Vernon, habite quelques jours. Très vite le procédé lasse même si court vaguement une petite histoire de projet de film autour d'un beau chanteur mort. Elle a beau essayé de choquer  en nous balançant un trav, une pute, des camés, un ou deux fachos, des sales bourges mal baisées, l'attention baisse au fil des pages, l'action se résumant bien souvent à aligner de la coke, se faire démonter sans grâce, baver sur le mode de vie bourgeois en s'enfilant quelques alcools très forts. Ce petit monde m'est apparu totalement vain et pas un poil attachant. Les protagonistes semblent avoir vécu à fond (bon, ici vivre à fond, c'est se bourrer la gueule, se bourrer le pif ou les veines et se faire bourrer par tous les trous par des mecs ou des nanas ou des travs bourrés) mais se coltiner une gueule de bois carabinée pour le restant de leurs jours. C'est sans doute un constat plein d'amertume, une singulière descente dans les tréfonds du cerveau de certains humains qui ont surfé sur une vague de branchitude (dans la chanson et  dans le cinéma ), mais c'est beaucoup trop répétitif pour emporter le lecteur.
Je suis cependant arrivé jusqu'au bout car, il me faut bien le reconnaître, il y a un vrai style Despentes, maniant avec aisance un phrasé moderne, cru et puissant, balançant aux orties tout bon goût, toutes règles un tant soit peu normées. Je pense que c'est là l'essentiel de l'intérêt de ce roman. Quant à savoir si je lirai la suite ...pas sûr.... si on me l'offre, je replongerai peut être....

dimanche 7 juin 2015

La suite de Skolem de J F Kierzowski et Marek


Un homme en noir apparaît depuis 20 ans de façon régulière mais rapide.  Son apparition est précédée de phénomènes étranges comme des objets pris dans le sol. Seul Ratmir un vieux scientifique et son ami libraire sont au courant de ces manifestations ectoplasmiques. Accompagné désormais de son neveu, il poursuit ce fantôme dont il sait que la date et le lieu de son apparition répondent à une logique mathématique appelée : suite de Skolem. Tous les deux marquent l'endroit de ce surgissement mystérieux en plantant un pieu d'un mètre cinquante de long. 
Nous sommes dans le premier tome d'une série fantastique qui, tout de suite, séduit son lecteur. Peu sensible au genre, j'ai pourtant adhéré dès les premières planches. Un magnifique dessin très "ligne claire" accompagné d'un humour léger, nous happe d'emblée. Plus on avance et plus le mystère s'épaissit. Les auteurs créent un univers décalé, sensé se dérouler au début du XXI ème siècle alors qu'à l'image cela ressemble à l'Europe de l'Est des années 50. On est volontairement déboussolé et cette atmosphère ancienne apporte à l'intrigue, bien rythmée et à l'humour léger et bon enfant,  une savoureuse particularité. On se demande bien vite comment les auteurs vont se sortir de cette histoire aux apparences alambiquées et pourtant simple à suivre. Malheureusement pour nous, "La suite de Skolem" n'est que le premier volume de ce qui sera finalement un diptyque. Ce premier tome très prenant ne donne qu'une envie :  découvrir bien vite  la suite !
Si par hasard, vous avez envie de vous procurer cet ouvrage, qui est vraiment une très jolie surprise, vous risquez d'avoir un peu de mal à le trouver, car les éditions Pirates, situées à Nantes, s'auto distribuent. Si vous avez un bon libraire, curieux et prêt à aider un petit nouveau dans le paysage éditorial de la BD, tant mieux pour vous! Sinon, allez sur leur site en suivant ce lien :
Editions Pirates
Vous pourrez y découvrir les premières planches pour vous faire une idée et le commander en ligne. 







samedi 6 juin 2015

Qui c'est les plus forts ? de Charlotte de Turckheim ou comment j'ai testé la crédibilité de Léa Salamé.


Dans le désert des sorties d'un après Cannes sinistre (Oui on a envie de voir quelques films qui ont enchanté la croisette, pas tous bien sûr, mais juste quelques uns pour satisfaire notre appétit et notre curiosité), le choix d'un film nouveau est particulièrement dur, surtout habitant en région... Si je n'étais pas tombé sur un morceau de l'émission "On n'est pas couché" où j'ai entendu Léa Salamé déclarait sa flamme à la jeune comédienne Alice Pol, la trouvant superbe dans un film fort bien fait, je n'aurai pas eu l'idée d'aller voir ce nouveau long métrage de Charlotte de Turckheim. Cette impulsion a également été encouragée par un vague débat engagé dans la même émission, où il semblerait que ce film prenne partie pour la PMA !!! Dans ma petite tête de spectateur, je me suis donc dit que peut être, et bien que la presse n'ait été conviée à aucune projection (très mauvais signe), il y a quelque chose d'intéressant dans ce film, qui a quand même l'allure d'une daube franchouillarde distribuée en catimini durant une période de vaches maigres. Vu la sincérité apparente de Léa Salamé, je vais dons de ce pas vérifier son bon goût et également sa crédibilité. Etait-elle sincère ou servait-elle avec brio une soupe promotionnelle? Persuadé de la seconde réponse, je file quand même m'enfermer dans la salle de cinéma la plus proche....
Et voilà le travail, j'ai vu l'oeuvre... Une chose est sûre, la prochaine fois que je vais au cinéma avec Léa Salamé, je ne lui laisse pas le choix du film, elle n'est pas vraiment cinéphile *. C'est une très bonne journaliste qui sert merveilleusement bien la soupe, poliment, gentiment, comme une bonne maîtresse de maison qui ne veut surtout pas froisser ses invités. Elle sait admirablement mettre en valeur les quelques petits détails d'une histoire bancale. " Qui c'est les plus forts?", mélange incertain de comédie et de film social, brille un peu grâce à Alice Pol, effectivement charmante. Et si deux ou trois répliques balancées avec énergie par Audrey Lamy (décidément très cantonnée dans le rôle d'ouvrière gouailleuse) font mouche, le film reste poussif, enfile quelques clichés et joue sur les bons sentiments sans conviction. On sent bien que Charlotte de Turckheim est pétrie de bonnes intentions. La différence est un sujet qui lui tient à coeur, mais je ne pense pas que sa réalisation, hésitant entre une mise en scène chichiteuse du handicap et la comédie sociétale façon café du commerce fasse beaucoup avancer la réflexion. Si sa vision de la famille apparaît très justement ouverte, je ne suis pas certain que la solution proposée par le film, d'être mère porteuse pour sortir de la mouise, soit aussi simple et aussi idyllique.
* Oui je sais, vous allez me trouver naïf de croire encore les bobards promotionnels de tous ces animateurs... mais que voulez-vous, parfois, le spectateur que je suis  aime croire que, parfois, certains journalistes réputés pour avoir un peu la dent dure, restent de vrais journalistes critiques. La leçon prouve une nouvelle fois que non... J'avais besoin d'une piqûre de rappel...




jeudi 4 juin 2015

Le château de Mathieu Sapin


Je n'ai aucun goût pour les livres dictés par nos hommes politiques à quelques nègres dûment rémunérés et servant à enrichir leur image de personne cultivée ayant passé des semaines à la mise en mots de quelques vieilles idées recyclées (voire pompées ailleurs). Je ne suis guère plus attiré par les trucs du genre "Un an dans le cuisine de Raoul Béchamel-Poivron" sous titré "les mille et un dessous de ce spécialiste de l'omelette", ouvrage où, sous couvert de transparence, on ne vous ressert que quelques clichés éventés. Alors autant dire que ce "château" a traîné pas mal dans ma PAL (Pile A Lire), "Une année dans les coulisses de l'Elysée" ne me disant rien qui vaille. Eh bien j'avais tort ! Cette BD/ enquête/documentaire est un plaisir de lecture parce que son auteur , Mathieu Sapin possède quelque chose d'inestimable : un vrai regard !
Regardez la couverture de l'album. Le bonhomme en bas à droite, c'est l'auteur arrivant dans notre haut lieu du pouvoir français. Petit, l'oeil aux aguets, sachant se fondre dans les couloirs et les ors du lieu, il notera tout. Personne ne se méfie de quelqu'un qui ne brandit pas de micro ou de caméra. on parle devant lui sans trop de crainte, il se glisse facilement derrière un groupe. Mais, où d'autres se seraient servis de cette multitude d'informations glanées au fil des mois pour nous balancer un livre choc (et donc forcément chic), Mathieu Sapin, lui, croque, dessine de la façon la plus objective possible, sans appuyer le trait, juste quelques petites flèches précisant des noms de personne ou des petits faits pas facilement illustrables (les bruits, la hauteur d'un ton de voix,...) au coin des cases. C'est finement observé et laisse libre au lecteur de faire son interprétation. Je ne dis pas que son oeil est totalement objectif (impossible) mais on le sent sain et sans affect. Et l'on parcourt ces 130 pages avec gourmandise. Car, en plus de nous remémorer une actualité proche mais déjà si lointaine, il nous apprend quand même des choses (enfin à moi qui ne suis pas un spécialiste des coulisses du pouvoir ni un aficionado des émissions de Stéphane Bern ). Alors, en vrac, j'ai découvert la précision millimétrée de la mise des couverts d'un dîner officiel, quelques petits secrets des caves de l'Elysée et ces bouteilles de saké laissées par les Chirac,  les dessous des décors de la table du conseil des ministres ou les prises de tête des décorateurs pour une simple annonce d'un quelconque ministre. Au fil des pages, il croque avec empathie tout ce personnel entièrement dévoué au bon déroulement de la vie à l'intérieur de ce " château". Mais en notant tout, et sans en avoir l'air, il dresse un portrait fabuleux de tout ce monde qui semble vivre dans un univers clos et replié sur lui-même alors que la vraie vie ne franchit jamais ces lourdes portes soigneusement gardées. Mathieu Sapin fait bel et bien un métier de journaliste, un peu comme un Guy Delisle dans " Chroniques de Jérusalem" , le talent et une moindre connivence en plus. D'ailleurs, pour rester sur le thème des journalistes, ils sont ici croqués sans ménagement et il raconte ce que la profession ne dit jamais. Il est gondolant de voir tous ces jeunes professionnels, pas de futur Albert Londres, souvent ignares (mais la googlisation généralisée des smartphones les aident beaucoup ) étaler leur ignorance crasse. Il nous signale aussi combient ils sont bien mieux traités que leurs collègues allemands par un état français qui les fait suivre dans le moindre déplacement présidentiel, à ses frais, leur payant, par exemple, une salle de presse aménagée dans le Sheraton de Bakou (Azerbaïdjan) à 30 000 euros !
En fait, l'album fourmille de tellement de détails de toutes sortes que c'est un véritable régal. Plus agréable et facile à lire qu'un essai classique, bien plus impertinent et largement aussi documenté, ce "château" mérite amplement la visite. Ce n'est pas déductible des impôts mais c'est tellement bien que c'est un achat que l'on ne regrette assurément pas, le plaisir y est trop grand !



lundi 1 juin 2015

Libération, la nouvelle formule


La presse écrite est en crise et espère sauver la mise en pariant plus sur un site internet aux nombreux clics que sur sa version papier au tirage en constante baisse. Cependant, le journal du matin acheté chez un dépositaire de presse reste une image dont on a du mal à se défaire. Il y a dans l'inconscient collectif comme une idéalisation de ce geste pourtant de moins en moins fréquent et assurément un réflexe de quinquas ou plus ou de retraités provinciaux attachés à des habitudes ancestrales. 
"Libération", journal en crise, essuyant la énième restructuration (avec nouveau propriétaire et charrette de licenciés) lance aujourd'hui une nouvelle formule papier dont l'ambition est de gagner bien entendu du lectorat, mais plutôt dans sa version numérique. Désormais "Libération " c'est " un site qui publie un quotidien". La nuance est d'importance et peut être le seule nouvelle idée qui puisse sauver la mise. Cette nouvelle ligne éditoriale n'est, pour le moment, pas tout à fait opérationnelle car elle ne sera visible dans sa version complète qu'à l'été. Seule donc la version papier, arrivée ce matin en kiosque, donne une petite idée de ce que sera l'information (de gauche ? ) de l'avenir. 
En lecteur quinqua et donc encore friand de papier (quoique le numérique....), j'ai donc acheté et lu ce numéro 10584 de ce quotidien mythique. Pour cette lecture, j'ai d'abord feuilleté rapidement. La première impression n'est pas fameuse. Un sentiment de bazar seventies assaille les yeux. Des titres en très grands caractères et en couleur presque flashies jalonnent les pages. Leur typographie très allongée et serrée n'aide pas à la lecture et pour corser le tout, c'est souvent des noms de personnes inconnues et étrangères. N'allez pas soupçonner une quelconque xénophobie chez moi, mais qui est capable de lire du premier coup d'oeil ce titre là ? :


Solution : A$AP ROCKY ( plus lisible sur ma mauvaise photo que sur la version papier 10 fois plus grande) Et il y a dans le même style : Nkurunziza (dictateur burundais) ou "scherenschnitte"(art allemand du papier découpé). C'est certain que l'oeil n'aimant pas qu'on lui résiste s'arrête sur la page. Nonobstant ce petit désagrément, c'est quand même joli à regarder, original avec toutefois une sensation de remplissage et de vide : les photos sont aussi grandes que les titres, les textes assez courts, noyés sous la couleur des gros caractères. 
Passons à la lecture. La modernité du concept ne saute pas réellement au yeux quant à l'information. Il faut avoir terminé la lecture pour s'apercevoir que ce qui fait l'actualité brute, quotidienne, se résume aux 5 pages baptisées "expresso" qui, comme son nom l'indique, nous donnent une actualité serrée et donc rapidement lue de faits essentiels ou pas. ( L'envie de BMW du ministre indien de la défense est drôle mais pas vraiment essentielle.) Le reste, et c'est peut être le plus intéressant, est un approfondissement et une mise en perspective de certains faits d'actualité brûlants ou pas. des éclairages sur l'actualité, des reportages, des points de vue, des chroniques, des éditos. Ainsi ce numéro se penche sur le succès public du film "La loi du marché" avec ce titre de une toujours un peu provocateur ("Le chômage superstar"), virant presque à la publicité déguisée ( mais le film le vaut bien) ou sur les bisbilles entre François Hollande et le pape François au sujet de la nomination de l'ambassadeur français au Vatican qui a la mauvaise idée d'être assez homosexuel. 
Je l'avoue, j'ai lu ce numéro de Libération avec un certain plaisir. Ni trop dense, ni trop sérieux, il se laisse effeuiller sans limite. On retrouve quelques éléments de l'ancienne formule, ceux qui nous émoustillaient pas mal (le portrait de la dernière page). On en trouve d'autres beaucoup plus légers comme l'horoscope ...oups...pardon ce sont les programmes télé ! Au final, malgré un rendez-vous plus coûteux (2 euros au lieu de 1,80), il se pourrait bien que j'y revienne un peu plus souvent qu'à l'habitude, ce bon vieux Libé est bien plus aguichant ce printemps !


Il est des hommes qui se perdront toujours de Rebecca Lighieri

2019  Il est comment le nouveau Rebecca Lighieri ? Un peu décevant. La critique s'enflamme pour ce nouveau roman de Rebecca Ligh...