lundi 22 juin 2015

Vice-versa de Pete Docter


Riley, onze ans vit heureuse dans le Minnesota entourée des parents aimants. Foin de poupées, de couleur rose bonbon , de yeux de biches langoureux, la petite fille voue une passion pour le hockey. a le regard malicieux et une bouille lambda. Tellement banale, que les studios Pixar oublient de la rendre attachante car, au final, ce n'est pas elle l'héroïne, mais Joie, celle qui régit dans sa tête ses émotions, en compagnie de ses acolytes Tristesse, Peur, Colère et Dégoût. Joie, jusqu'à présent, était l'émotion la plus importante, la figure centrale d'une vie heureuse et sans histoire. Mais déménager au sortir de l'enfance, arriver dans une ville inconnue et dans un logement assez minable, vont bouleverser la petite fille. Et comme dans son cerveau Tristesse va malencontreusement contaminer les souvenirs heureux conservés dans des boules soigneusement rangées dans la mémoire, Joie va devoir multiplier les sauvetages périlleux pour arriver à ce que la petite puisse franchir cette épreuve sans trop de dommages et pouvoir avancer dans la vie. Un long périple va s'engager dans des zones inconnues du cerveau...
Je dis long, car, mais oui, le film m'a semblé un peu poussif malgré l'habituelle offre de loopings et de cascades en tous genres inhérente aux films d'animation actuels. Si, comme souvent chez Pixar, l'idée de départ flirte avec le génie, le développement de l'histoire ne sort pas des sentiers battus et pêche par un manque de surprises. Bien sûr, la mise en images du cerveau avec ses boules multicolores, son organisation en île de la personnalité sont de vraies trouvailles visuelles. Mais tout cela n'est que la toile de fond d'un récit sans surprise, un peu répétitif,  parfois électrisé comme le passage délirant dans la zone de la pensée abstraite, mais plombé par des personnages très originaux hélas exploités au minimum syndical. Le pouvoir comique, voire corrosif, des représentants des émotions n'est que rarement mis en valeur, préférant laisser la place à une Joie, mignonne, pétillante mais pas très drôle et à une Tristesse, pas franchement hilarante non plus et au final assez conventionnelles dans leur personnalité.
Si le thème des émotions enfantines et du passage difficile vers l'adolescence est un sujet gonflé dans ce genre de production, si la mise en images du cerveau de la petite est une trouvaille réellement bluffante, le développement de l'intrigue ne suit pas vraiment, préférant prendre les sentiers bien balisés de rebondissements banals et d'un moralisme de bon aloi. Tout cela manque sérieusement du mordant d'un Shrek2 ou d'un Toy Story 2.
"Vice-versa" reste cependant un bon film. L'animation est au top. C'est coloré, ça grimpe, ça chute, ça crie, ça essaie de nous faire rire et même pleurer. Et je me dis que comme la petite fille du film peine à passer au stade adolescent, les studios Pixar, en misant sur un sujet somme toute adulte, éprouvent aussi une certaine difficulté à proposer un long métrage pour tous publics vraiment original. En conservant une structure moult fois éprouvée lors de leurs précédentes productions (la route semée d'embûches auquel le  héros (ou l'héroïne) arrive toujours in extremis à être sauvée d'une situation vertigineuse), et malgré idée de départ et décorum d'une originalité folle, "Vice-versa" trop formaté dans sa conception, ne surprend que peu.
Ceci n'est qu'un avis totalement personnel. La critique est unanime et les deux personnes qui m'accompagnaient aussi... Aurai-je perdu encore un peu plus cette part d'enfance et d'émerveillement qui me restait ? Cela s'appelle peut être le passage de l'âge adulte au stade vieux grincheux ? (pour pas dire autre chose ) Dites, les mecs de chez Pixar, ça pourrait faire un super sujet, non ?  La population occidentale vieillissante est nombreuse et pourrait claquer un peu de sa retraite pour regarder une telle production. Et ça pourrait être drôle et grinçant les débuts de la sénilité et le passage à l'âge du vieux con...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson