dimanche 10 janvier 2016

Les guérir d'Olivier Charneux


Carl Vaernet était un médecin danois qui a eu pignon sur rue auprès de la bourgeoisie de Copenhague dans les années 30. Il s'est intéressé de très près aux traitements par ondes courtes, guérissant ainsi quelques psoriasis. Devenu quasi docteur miracle, il a magnifié son image en se proclamant aussi le docteur des plus démunis, mettant en place, en parallèle avec ses consultations haut de gamme, des soins gratuits pour les plus pauvres. Une belle personne en apparence. En apparence seulement, car le bon docteur Vaernet a un projet qui lui tient à coeur : guérir les homosexuels ! Dans sa clinique, il passe tout ses loisirs à chercher comment transformer ces pauvres personnes perdues en bons hétéros. Injecter de la testostérone lui apparaît comme une piste intéressante. Acoquiné avec un ténor célèbre, Helge Rosvaenge, ses recherches parviendront aux oreilles d'Himmler, qui dans son délire de race pure, va financer les travaux du médecin et les lui faire expérimenter auprès de détenus homosexuels dans le camp de Buchenwald. 
Olivier Charneux, dans un style simple et agréable, raconte la vie de cet homme en essayant d'être le plus objectif possible. Romancée juste ce qu'il faut, cette biographie surprend par son ton apparemment neutre. Sans antipathie apparente, ni sympathie non plus, l'auteur déroule l'histoire avec précision. Le lecteur assiste ainsi à cette lente montée vers un délire qui fait froid dans le dos mais aussi, en toile de fond, à une histoire synthétique et jamais pesante du nazisme. 
Dédié aux quinze hommes victimes des expériences de docteur Vaernet, le livre reste un douloureux témoignage sur l'image de l'homosexualité au début du siècle dernier. En plus d'être considérés par la loi comme des malades mentaux (jusqu'en 1981 en France), l'enfer des camps de concentration, où leur place fut celle des parias des parias, beaucoup subirent,en plus, des expériences atroces sensées faire progresser la science. "Les guérir" rappelle également, que de nos jours et dans des contrées pourtant soi-disant évoluées (Les USA), d'autres bon samaritains, voulant la paix et la joie dans le monde, proposent qui des cliniques, qui des traitements homéopathiques ou des psychothérapies à base de prières, pour tenter de guérir de cette "affreuse" maladie ! La bêtise et l'obscurantisme rôdent toujours, ce n'est hélas pas un scoop. Cette biographie nous rappelle que, des individus illuminés, portés par une âme qu'ils pensent non malveillante, rêvent de techniques eugénistes .... et ceux sont sans doute ceux-là les plus dangereux car on s'en méfie beaucoup moins...


1 commentaire:

  1. Le ton apparemment neutre que tu décris, permet au lecteur de continuer sa lecture, enfin c'est valable pour moi

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson