mercredi 23 octobre 2019

Honoré et moi de Titiou Lecoq


... ou comment une autrice de talent explose le genre biographique. 

Une biographie de Balzac ? Bof... ( parole de lecteur )

C'est certain Honoré de Balzac traîne sa réputation d'auteur obligatoire ( mais seulement au programme du bac que depuis 1978!)   dont l'oeuvre a été ruinée par des générations de profs peu passionnants et pourvoyeurs de lecture obligatoire ( donc rasoir). Bien sûr, il existe de bons pédagogues qui ont su passionner et ouvrir les yeux ( aujourd'hui on dit " arracher les regards des écrans) de quelques collégiens ou lycéens, pour montrer la modernité des écrits de ce génie de la littérature mais combien avaient le talent de Titiou Lecoq ? Ouvrir son "Honoré et moi " peut sembler un défi ( pfff...une bio...) mais sachez que dès les premières lignes vous serez accroché pour ne plus lâcher l'ouvrage. A la fin ? Soit vous vous jetez sur " Le père Goriot" ou " La cousine Bette" , soit vous remerciez chaleureusement l'autrice en postant sur Instagram un selfie de vous hilare à côté de l'ouvrage... voire même les deux, car, vous avez eu quelques heures durant le sentiment, insensé de nos jours, d'apprendre des choses tout en vous amusant et d'avoir eu la sensation que l'on s'est aussi adressé à votre cerveau.

Titiou Lecoq ?! Biographe ?! Et pourquoi pas Karine Tuil écrivant de la bonne littérature ? 

La question est (im)pertinente et la réponse peut surprendre. Oui, l'ex blogueuse devenue essayiste humoristico/féministe peut se révéler une excellente biographe. C'est juste une question de talent ( que tout le monde ne possède pas) mais aussi de liberté. En s'emparant d'Honoré de Balzac, écrivain pour qui elle voue une réelle admiration, elle fait oeuvre de grande pédagogie. Avec une connaissance parfaite de ses écrits, de sa correspondance, de ses comptes ( oui les dépenses du cher Honoré sont une part très importante de sa vie), des portraits dressés par ses contemporains, Titiou Lecoq dresse un portrait précis, réaliste et passionnant de l'auteur de la "Comédie humaine". Mais, deux éléments font vraiment la différence avec les biographies déjà parues ( plus corsetées, plus académiques, plus universitaires), c'est l'humour constant et réjouissant qui court tout le long du texte ( même si parfois, emportée par son sujet et la vie trépidante du bonhomme, elle s'autorise à rester sérieuse) et un regard féministe qui remet intelligemment en perspective tous les personnages féminins importants ( mère, maîtresses) que croisent Balzac, ainsi que ceux qu'il a créé dans son oeuvre. Cela donne au final, un texte virevoltant, passionnant et surtout très agréable à lire.
Alors sans complexe ( heureusement), appliquant dans un format infiniment plus long les recettes des pastilles humoristiques d'Arte "Tout est vrai ou presque" dont elle est une des scénaristes, Titiou Lecoq révèle une face plus sérieuse de sa personnalité, tout en conservant un décalage humoristique qui déboutonne avec finesse un genre trop souvent compassé. C'est tellement réussi, que si des élèves peu motivés tombaient sur cet ouvrage, ils épateraient leurs profs par leur connaissance et verraient dans Balzac, l'un des précurseurs des séries qu'ils affectionnent tant sur Netflix.


1 commentaire:

  1. Il est sur ma table de chevet. A la lecture de ton commentaire, j'ai hâte de le découvrir.

    RépondreSupprimer

Il est des hommes qui se perdront toujours de Rebecca Lighieri

2019  Il est comment le nouveau Rebecca Lighieri ? Un peu décevant. La critique s'enflamme pour ce nouveau roman de Rebecca Ligh...