samedi 2 avril 2016

Scoop de Yann Le Poulichet


Que demande -t-on à un roman policier ? De nous faire passer un bon moment ? De nous faire oublier durant quelques heures un quotidien pas très drôle ? D'être un bouquin que l'on n'a pas envie de lâcher ? "Scoop" de Yann le Poulichet remplit alors bien sa fonction, on s'y plonge et on ne s'arrête pas. Par contre, et là, je ne sais si c'est un compliment, mais si j'ai été accroché aux pages qui se tournaient à grande vitesse, c'est beaucoup plus pour la toile de fond que pour l'intrigue en elle-même.
Le roman policier est très pratique pour décrire un milieu particulier, beaucoup d'auteurs l'ont fait et plutôt bien. De nos jours, les endroits nouveaux où planter le décor d'un crime sont plus rares, la vie moderne file à toute vitesse sans pour autant créer des univers intéressants. Yann Le Poulichet, journaliste à Voici, se sert de sa connaissance de la presse people, des paparazzis pour coller un cadavre égorgé dans les toilettes d'un journal baptisé "Scoop" et qu'il fait découvrir par Baptiste, numéro 2 de la rubrique" France" du magazine. Le crime commis, une enquête un peu hors norme débute avec une commissaire aux charmes certains qui s'unira corps et esprit avec le journaliste. Dès lors, la recherche du coupable permet de plonger dans l'envers du décor particulièrement crapoteux de la presse de caniveaux, Tout y est décrit minutieusement, les deals divers avec photographes, vedettes ou agents artistiques, les histoires de fric et le fonctionnement au jour le jour du bouclage d'un numéro. Côté description des rouages de cette presse, c'est franchement passionnant, et c'est cela qui fait tourner les pages avec empressement, la recherche du coupable passant un peu au second plan malgré quelques rebondissements, histoire quand même de dire que c'est un polar. Et si le roman dans le dernier quart, ayant épuisé ses ressources documentaires, pâtine un peu car obligé de se recentrer sur l'intrigue par elle-même et nous trouver un coupable, la lecture en reste agréable, avec un style simple, rapide, un peu ironique, sans doute la résultante des nombreux articles écrits dans Voici.
"Scoop" n'est pas un polar à tomber par terre mais captive par sa description assez implacable d'un milieu que l'on devinait un peu pourri et qui en passant par la case polar le devient complètement. Un lecture de détente, facile, agréable et pas anodine. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson