mardi 28 octobre 2014

Robot de Léo Timmers


Attention, Léo Timmers a encore frappé ! Planquez tous les objets métalliques de votre maison avant de mettre entre les mains de votre fille ou de votre garçon cet album tonique et stimulant, l'envie de jouer au petit inventeur ou la grande créatrice risque de sérieusement de démanger les mains de vos enfants ( ce sera toujours ça de gagné sur les écrans ).
Sam aime les robots et décide en cachette d'en fabriquer un. Un vieil aspirateur, un morceau articulé de lampe de bureau, un râteau et une vieille radio et le tour est joué, Franky est naît. Sam jubile, il a enfin un robot, un vrai, rien que pour lui. En plus Franky parle. Ok, c'est un sabir difficilement compréhensible mais on se comprend toujours quand on est de très bons copains. Mais Sam sait au fond de lui que cette amitié ne durera pas. Un vaisseau spatial viendra inévitablement chercher Franky pour l'emmener sur la planète robot. En attendant, ils jouent, ils s'amusent jusqu'à ce que...
Emballé, je suis emballé par cet album, vraisemblablement parce que j'y retrouve cet esprit un peu vintage des années 50/60 où l'on pensait que l'avenir grâce, à la science et aux robots, serait meilleur. Mais il y a aussi les illustrations de Léo Timmers, toujours aussi drôles et pimpantes. On est vraiment dans un univers enfantin, rempli de détails légers et incongrus qui donnent à cette histoire un caractère tout à la fois décalé et merveilleux. Et si l'on voulait pousser plus loin, on y trouverait sans doute un plaidoyer pour la liberté, voire un parfait exemple que l'attachement c'est bien, à la seule condition qu'il n'empiète pas sur le libre arbitre de l'autre.
Mais foin de théories, "Robot" est aussi un régal pour les yeux des enfants qui sauront y repérer tout un tas de détails rigolos ainsi qu'une invitation on ne peut plus malicieuse à être ce petit génie créatif, hors norme, hors mode qu'hélas on ne lui  laisse pas le temps d'être.
Album à partir de 4 ans.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson