vendredi 2 juin 2017

L'amant d'un jour de Philippe Garrel


Comme sur l'affiche qui a un côté très rétro, pour moi un mélange de Bergman et, je ne sais pourquoi, de "L'éternel retour", le nouveau Philippe Garrel semble renouer avec un cinéma post nouvelle vague. Avec son noir et blanc, un décor assez intemporel qui pourrait situer l'action il y a cinquante ans s'il n'y avait la façon très actuelle des comédiennes de s'exprimer et une voix off vieillotte,  "L'amant du jour" enveloppe le spectateur dans une douce nostalgie qui accompagne joliment ces jeux de l'amour et du calcul.
La situation de départ joue beaucoup sur le hasard : Jeanne se fait larguer par son amoureux et atterrit chez son père, faute d'autre endroit où dormir. Mais son père vit avec Ariane, une étudiante du même âge que sa fille. Les hasards de la vie les mettent donc en relation. Pas facile pour les deux jeunes femmes d'accepter cet état de fait qui ne gêne nullement le père. De cette cohabitation à trois, Philippe Garrel et ses scénaristes ( Arlette Langmann, Jean Claude Carrière et Caroline Deruas) vont en profiter pour leur faire jouer une très jolie variation autour de la fidélité, de la jalousie, de la confiance mais aussi de la perfidie.
Sur un mode gracieux et mais loin d'être mièvre, les deux héroïnes vont se rencontrer, se confronter à l'état amoureux, l'explorer pour finir par trouver un point d'équilibre. Sans jamais alourdir le trait, en laissant des zones d'ombre propices aux interprétations, le film nous propose une balade dans une carte du tendre très contemporaine, délicatement empreint d'une jolie poésie. Les deux jeunes comédiennes épatantes, Louise Chevillotte et Esther Garrel ( oui, oui, la fille du réalisateur, la soeur de Louis, la petite fille de Maurice !), apportent une vraie fraîcheur et un naturel confondant à un film pourtant très écrit et aux péripéties parfois un peu forcées.
Il ne faut pas se laisser influencer par une critique qui s'ingénie à replacer ce film dans la filmographie de l'auteur, cherchant les points communs, les avancées et le plaçant ainsi dans un créneau bobo/intello/chiant. Il n'en est rien, "L'amant d'un jour" se regarde sans que l'on ait besoin de toutes ses références. Je dirai même, que pour ma part, c'est sans aucun doute le film de Garrel, le plus abordable, le plus frais, bref le plus réussi depuis des décennies.



1 commentaire:

  1. Ce Garrel d'un jour,donne envie d'en voir d autres...Charmée par toute cette simplicité,le noir et blanc,la voix off,le beau duo d'actrices...

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson