lundi 5 juin 2017

Monteperdido de Agustin Martinez


Un village isolé des Pyrénées espagnoles se voit le théâtre d'une disparition qui fait froid dans le dos. Deux fillettes de onze ans ont mystérieusement disparu. Recherchées mais jamais retrouvées, cinq années ont passé. Les parents d'Ana et Lucia, voisins d'un lotissement, n'ont pas baissé les bras et continuent à croire à l'impossible : on les retrouvera ! Aucune nouvelle piste n'est pourtant apparue depuis l'enquête sans doute un peu bâclée par la police. Mais voilà qu'Ana, est extraite d'une voiture accidentée. Le conducteur ayant rendu l'âme, la désormais jeune fille, conduite à l'hôpital pour soigner quelques contusions, attise la curiosité et relance bien sûr l'enquête. Que sait-elle ? Connaît-elle son ravisseur ?  Où se trouve sa copine ? Deux inspecteurs madrilènes sont envoyés sur les lieux, à la fois pour mener l'enquête à son terme mais également essayer de calmer les nerfs d'une population soudain bien excitée. Mais rien n'est simple dans cette affaire où tout le monde dissimule quelque chose...
Des histoires de fillettes enlevées et maintenues prisonnières, voilà un thème guère original pour un polar, genre qui se nourrit amplement depuis quelques années de toutes ces affaires de séquestrations. Seulement, ici, pour son premier roman, Agustin Martinez arrive à surprendre le lecteur et à le tenir en haleine durant presque 470 pages. Dès le départ, le genre vole en éclat, l'intrigue tissant petit à petit des liens bien plus complexes qu'il n'y paraît. On comprend très vite qu'à l'image des deux enquêteurs aux rapports intenses mais troubles, rien ne sera aussi simple que pouvait le laisser présager la réapparition de l'une des deux disparues.
La première moitié du roman prend son temps. Elle s'accroche aux nombreux personnages et leur donne une épaisseur. Le retour dans sa famille d'une des deux enlevées nous entraîne tout de suite dans l'action. L'auteur entremêle habilement rebondissements et profondeur psychologique pour nous conduire ensuite vers une deuxième partie plus intense, au suspens bien mené.
Histoire d'enfermement ( physique pour les jeunes filles mais aussi géographique pour les habitants de cette bourgade montagnarde dont l'unique accès se fait par un tunnel étroit), "Monteperdido" attrape le lecteur par son intrigue bien ficelée qui surprend jusqu'au bout. Ce premier roman prometteur, noir et oppressant, se déroulant dans un cadre grandiose mais inquiétant, saura passionner les fans d'intrigues complexes et psychologiques.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson