dimanche 4 juin 2017

Marie-Francine de Valérie Lemercier


Nous avions laissé Valérie Lemercier avec le très raté " 100 % cachemire", film aux idées satiriques qui virait étrangement cucul la praline. Cette fois-ci avec "Marie-Francine" elle assume complètement son virage vers la comédie romantique et disons-le, ça se laisse regarder.
Même si l'idée du retour chez ses parents d'une grande dadette de 50 ans se révèle plutôt rigolote, Marie-Francine ne sera pas la Tanguy des années 2010. Le sujet finalement assez proche du film de Chatilliez emprunte des chemins nettement moins grinçants, préférant s'intéresser à l'histoire d'amour entre l'héroïne et un cuistot portugais. Le premier tiers, qui sert à exposer la situation, peine à sortir des ornières rebattues d'un cinéma comique français lambda. Malgré l'évidente présence de la comédienne/réalisatrice, un manque de rythme flagrant nuit au démarrage et nous fait craindre le pire.  Mais lorsque Hélène Vincent ( formidable dans une quasi reprise du rôle qu'elle tenait dans "La vie est un long fleuve tranquille") et Philippe Laudenbach ( tout aussi pittoresque) apparaissent avec leurs personnages ultra typés, le film commence à prendre un petit essor assez croquignolet. Il faudra cependant attendre l'arrivée de Patrick Timsit pour que le film nous accroche un peu plus. Bizarrement, ce ne seront pas les situations comiques ( assez téléphonées) qui nous séduiront, mais bien le jeu d'approche entre les deux acteurs, qui, dans un presque contre-emploi s'avèrent particulièrement touchants en quinquas redécouvrant l'amour. Oui, Patrick Timsit est formidable dans un rôle où il n'a aucune répartie cinglante, (presque) aucun jeu de mot, jouant le gentil nounours fou d'amour. On croit complètement à ce coup de foudre et c'est sans doute l'intérêt majeur de ce film qui surfe encore une fois sur la vague des bons sentiments, mais sans que ceux-ci dégoulinent trop.
Loin d'être la comédie de l'année, "Marie-Francine" fait malgré tout passer un agréable moment grâce à toute une pléiade de bons acteurs. Les fans de Valérie Lemercier version trash en seront sans doute pour leur frais car l'ensemble joue la sagesse et la bienveillance. Trop peut être ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson