lundi 12 juin 2017

Une soeur de Bastien Vivès


Contrairement à ce qu'annonce le titre et ce que laisse supposer la couverture avec ce couple s'ignorant sous le soleil d'une plage, aucune soeur dans ce délicat portrait d'un éveil adolescent à la sexualité... ou tout du moins pas réellement car sont évoquées quelques aînées possibles si le sournois malheur de la fausse couche n'avait pas joué son trouble-fête.
Toutefois, Hélène, contrainte de suivre une mère déboussolée psychologiquement suite à une grossesse interrompue à trois mois, échoue dans la résidence de vacances où Antoine, 13 ans, Titi, 10 ans et leurs parents passent leur été. Obligée de partager le quotidien de ces deux jeunots , de supporter leurs jeux mais aussi leurs regards timides, la belle adolescente du haut de ses 16 ans, semble contempler ce petit monde avec dédain. Son physique avantageux, ses airs délurés, quoique mystérieux, en imposent à Antoine. Mais les apparences sont trompeuses... Petit à petit la promiscuité obligée de ce séjour créé des moments de tension érotique. Un jeu troublant va s'immiscer dans les rapports entre Antoine et Hélène, la jeune fille prenant en main cette lente montée vers le plaisir...
Il n'y a rien de plus casse gueule qu'un récit autour de l'éveil des sens et des premiers émois sexuels. Avec "Une soeur", Bastien Vives prouve une fois de plus que non seulement son regard possède la justesse et la sensibilité nécessaires pour un tel sujet mais qu'en plus son dessin si particulier, traduit parfaitement, sans esbroufe et sans une once de vulgarité, les situations les plus délicates. Son art précis du récit, allié à une illustration beaucoup plus douce que dans "Polina ", dont les yeux souvent absents des personnages semblent enlever à cette histoire tout côté voyeur, sait parfaitement retranscrire la tension et les non-dits. Il n'a pas son pareil pour suggérer les mots que l'on ose pas prononcer face à cette énorme nouveauté qu'est l'attirance pour le corps de l'autre, sur cette irrésistible envie de caresses, sur ces gestes que l'on ne fait qu'esquisser timidement face à l'objet de son désir.
Cette  jeune demoiselle, qui passe aux yeux des inconnus pour la soeur des deux frères, peut apparaître parfois comme un tantinet perverse et inquiétante, mais ressemble aussi à l'apparition d'un ange tentateur permettant la plongée d'un jeune garçon dans ce passage si troublant, si mystérieux qu'est la sexualité. Sous les serviettes de plage de la couverture, se cache donc un troublant roman graphique dont la sensibilité et l'authenticité ne laissera personne indifférent.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson