samedi 8 juin 2013

Cendres d'Alvaro Ortiz


"Cendres", comme son titre l'indique, a un rapport direct avec la crémation. Où, comment, à cause d'un ami commun décédé, trois loosers vont se retrouver et devoir disperser le contenu d'une urne funéraire dans un endroit inconnu et lointain. Réunis par cet étrange coup du destin, Moho, Polly et Piter vont vivre pendant quatre jours, une drôle d'aventure sous la forme d'un road movie, accompagnés d'un singe et poursuivis par deux étranges barbus, vraisemblablement fans de ZZ top. Ce qui paraissait être au départ une histoire d'amitié et de retrouvailles, vire très vite au roman noir assez rock'n roll et finit...non, je ne raconterai pas la fin, à la tonalité assez surprenante.
Alvaro Ortiz est un jeune auteur espagnol et il est évident que la BD est son mode d'expression. Son récit est dense et remarquablement maîtrisé tant dans la narration que dans la construction. Les personnages taillent la route, filant droit (ou presque) vers leur but, alors que le récit lui se permet, brillamment et subtilement, de prendre des chemins détournés. De nombreux retours en arrière sur le passé des protagonistes nous aide à mieux cerner chacun des personnages. Et sans alourdir le récit, ni ralentir l'intrigue, l'auteur arrive à nous conter en même temps une histoire de la crémation assez humoristique, allant jusqu'à chez Courtney Love sniffant un peu des cendres de Kurt Cobain... (rock'n roll je disais plus haut...).
La mise en page est très réussie aussi, alternances de petites cases et de plus grandes toutes dans des pastels un peu automnaux, de découpages d'une même image en plusieurs vignettes, obligeant le lecteur à s'attarder sur un détail qu'il aurait peut être zappé autrement. Cela donne une densité plus forte à cette histoire d'amitié aux multiples rebondissements et réussit à emporter le lecteur jusqu'au bout sans le moindre ennui.
Je ne sais pas si l'éditeur prévoit de publier les oeuvres précédentes d'Alvaro Ortiz (au nombre de trois), mais il est certain qu'après la lecture de "Cendres", on est sûr de tenir là un auteur qu'il faudra suivre de très près.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson