samedi 20 décembre 2014

Dernier désir d'Olivier Bordaçarre


L'intrigue de départ est des plus banales, de celles qui ont déjà été beaucoup exploitées. Un couple lambda, voit s'installer dans la maison voisine longtemps inoccupée, un inconnu. Assez liant bien qu'un peu froid, il va petit à petit gagner l'amitié du couple.
Malgré ce début pas vraiment original, Olivier Bordaçarre arrive à nous happer. Le nouveau voisin est empreint de mystère, assez séduisant. Il installe de plus une certaine sensualité due à la chaleur étouffante qui anéantit les corps et l'esprit. Mais il introduit un élément plus subtil, ce voisin a de l'argent, beaucoup d'argent et il va petit à petit l'utiliser pour déstabiliser ce couple qui avait choisi une vie plutôt portée sur la déconsommation.
Ca se lit comme un polar, un thriller psychologique ... et c'est peut être son grand défaut... car c'est intense jusqu'au bout avec une fin qui laisse sur sa faim. J'ai peut être mal lu ou me suis laissé emporter par cette intrigue un peu policière alors que l'auteur a voulu écrire une fable...mais ça je m'en suis aperçu une fois le livre terminé... Je n'ai pas su voir les indices disséminés au fil des chapitres, tellement j'ai tourné les pages avec avidité. Et forcément, le final, m'a déçu. Mais le livre continue de s'insinuer en nous une fois refermé. Et apparaît alors ce formidable récit de l'argent encore et toujours plus fort que les plus idéaux, l'argent qui corrompt tout mais qui n'apporte pas le bonheur, loin de là.
"Dernier désir" est un conte cruel et bien mené qu'il faut lire comme un instantané de notre temps. Implacable et noir, il distille une musique entraînante à laquelle il ne faut pas se fier ... Un bon roman qui mérite son bandeau "coup de coeur des libraires " (mais ça sort d'où ça ? ) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Tabarnak de Cirque Alfonse