mercredi 17 décembre 2014

La famille Bélier d'Eric Lartigau



Le buzz qu'il y a autour de ce film est assez incroyable. Des professionnels aux journalistes, tout le monde pense, dit, que ça va être le succès de cette fin d'année, le film fédérateur que toute la famille ira voir durant la période de Noël.
Alors, pour ceux qui auraient échappé à la promotion tous azimuts, rappelons que cette famille Bélier vit en Mayenne dans une exploitation agricole qui produit du fromage. Leur particularité est qu'ils sont sourds : le père, la mère, le fils mais pas la fille aînée qui sert ainsi de relais avec le monde alentours. La vie s'écoule pas si paisible que cela. Les enfants ados ont des poussées de sève, le père des envies de combat politique en visant la mairie du village. Et puis, la fille aînée va faire découvrir sa belle voix au prof de musique de son lycée qui n'aura de cesse de la faire travailler pour passer le concours d'entrée à la maîtrise de Radio France. Le dilemme sera cruel pour la jeune fille : en quittant ses parents elle les abandonne à leur sort pour un art qu'ils sont incapables d'apprécier.
Oui, c'est un scénario de téléfilm pour France3 et si vous y rajoutez que le concours pour aller dans ce haut lieu musical qu'est la maîtrise de Radio France se préparera avec des chansons de Michel Sardou, vous flairez sans doute qu'il y a arnaque sous promotion. Vous sentez à cent lieues à la ronde, la dose dégoulinante de bons sentiments qui va vous déferler dessus durant une heure et demie. Vous n'aurez pas tout à fait tort mais, aller je crache le morceau, contrairement à toute attente, malgré tous les poncifs du genre accumulés les uns après les autres, j'ai craqué ! J'ai fini la séance en larmes !
C'est donc que le film fonctionne.
 Malgré Sardou, les grosses ficelles, il y a dans ce film quelque chose de chaleureux et de sensible que je ne saurai expliquer. Je me suis laissé aller. Karin Viard, en belle des champs supra sexy, est, comme d'habitude formidable et signe avec talent, toujours aussi énergique. Elle fait la clown comme jamais et impose un personnage pas évident au départ. Les mecs sont au diapason (Elsmonino et Damiens) et la jeune Louane Emera, pour un premier grand rôle, porte avec justesse le film sur ses jeunes épaules. ( A noter Roxane Duran, épatante en meilleure copine, rôle dont elle semble avoir la spécialité en ce moment). On supporte sans mal le répertoire de Sardou revisité façon chorale, les chansons retenues étant les classiques, quasi des oeuvres du patrimoine. Le film coule simplement, entre comédie et bons sentiments.
 Ce n'est pas un chef d'oeuvre, juste la conjonction miraculeuse d'éléments simples, pas forcément originaux mais qui ici, par la magie de bons comédiens et d'un réalisateur qui a su trouver le bon timing et la bonne distance, propose ce qui devrait être un succès populaire dont on n'a pas à rougir.


7 commentaires:

  1. j'attends le we pour aller le voir!!!! je prépare les mouchoirs!

    RépondreSupprimer
  2. A lire aussi, le livre dont est inspiré ce film : "Les mots qu'on ne me dit pas" de Véronique Poulain. Plutôt réussi.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai beaucoup aimé le livre alors le film pourquoi pas...

    RépondreSupprimer
  4. Le masque et la plume vient de le descendre ...en flèche!

    RépondreSupprimer
  5. Du coup, je viens de le voir et moi aussi j'ai fini en larmes !!! Pourtant j'étais prévenu... Mais elle est où Véronique Poulain ? (je suppose dans la bande de potes en réu préélectorale dans la cuisine, mais je n'en suis pas certain)

    RépondreSupprimer
  6. Véronique Poulain est la cliente qui demande pourquoi la dame ne fait que sourire ...

    RépondreSupprimer

Tabarnak de Cirque Alfonse