jeudi 11 décembre 2014

Timbuktu d'Abderrahmane Sissako


On ne peut pas éviter la promotion autour de ce film. Et reviennent toujours les mêmes mots : djihadistes, combat des femmes, lapidation, armes, ... Pourtant, il faut le dire, "Timbuktu" n'est absolument pas un reportage à sensation conçu pour "Envoyé spécial", ni une sombre fiction pauvrette, parce qu'africaine, autour de la terrible situation au Mali. C'est, tout au contraire, une vraie oeuvre cinématographique, avec un vrai regard, un vrai parti-pris et une profonde réflexion d'artiste.
C'est un film choral. Le réalisateur suit sur quelques jours la trajectoire d'un couple d'éleveurs de vaches et de leurs deux enfants, d'un couple plus urbain, d'un leader djihadiste en proie à quelques doutes  mais aussi, accessoirement, d'une sorte de sorcière sur qui les innombrables interdits de la loi islamique  n'ont aucune prise.
C'est grâce à l'écriture douce et poétique d'Abderrahmane Sissako, un magnifique plaidoyer sur un éden perdu, où les populations vivaient paisiblement au rythme du soleil, du vent, des chants et de la présence des animaux. L'absurdité des djihadistes, soldats fantoches, souvent illettrés, venant de contrées lointaines aux idiomes inconnus, y est montrée avec précision, force mais aussi drôlerie. Haranguant la foule au mégaphone, crachant de l'interdit au kilomètre jusqu'au délire, s'interdisant même ce qui leur plaît le plus au monde ( ici le football), ils appliquent une loi et une justice infernales. Les femmes en sont bien sûr les premières victimes, mais les armes aidant les plus timorés, tout le monde a droit à un traitement implacable sous la bénédiction d'un dogme interprété avec ferveur.
La lecture du scénario pourrait laisser penser que le film développe un certain manichéisme, les bons d'un côté, beaux et simples et les méchants de l'autre, moches et imbéciles. Là encore il n'en est rien. Le réalisateur arrive à avoir rendre ses personnages plus complexes qu'il n'y paraît. Le bon éleveur réfléchi et humaniste devient assassin par accident et le leader islamiste est rongé par des doutes intérieurs intenses qui, hélas, ne suffisent pas à lui ouvrir l'esprit.
A l'écran cela donne des plans d'une imposante beauté. Le sable, les maisons d'argile, les vêtements de cotons colorés légèrement froissés, la puissance des regards, envahissent le cadre, essayant d'éclipser cet envahisseur sans jamais y parvenir. Cela offre aussi des scènes inoubliables, poétiques comme la partie de foot sans ballon traversée par une vache ou effroyables comme la lapidation, scène magistrale par sa brièveté démontrant au passage qu'il est inutile d'en rajouter pour que l'impact sur le spectateur soit fulgurant.
Bien sûr on pourra trouver çà et là une certaine lenteur, parfois une esthétique publicitaire qui s'agence mal avec le propos mais ce ne sont que des broutilles par rapport à l'écho que suscite le film en nous. Nous sommes en présence d'une vraie oeuvre forte et belle qui ne renonce ni à la dénonciation, ni à ses codes et qui grâce à sa subtilité et son humanité arrive à être lisible au quatre coins du globe.
Cerise sur le gâteau, la musique qui enveloppe l'ensemble est de toute beauté et plutôt que de vous coller, comme je le fais d'habitude, la bande annonce, écoutez Fatoumata Diawara (qui joue dans le film) interprétant "Timbuktu fasso"... ( Une pierre (précieuse), deux coups, le clip propose des images du film).



2 commentaires:

  1. J'en sors. Troublée...étonnant comme les seules images parlent d'elles même...

    RépondreSupprimer
  2. Une ode à la liberté d'expression ...a voir ou revoir #jesuischarlie

    RépondreSupprimer

Tabarnak de Cirque Alfonse