mercredi 1 juin 2016

Bart is back de Soledad Bravi


Soledad Bravi adore les chats ! Si, si, malgré le départ assez gore de son album, on sent que les félins embellissent sa vie. Ok, pas tout de suite, parce que faire dire à Bart, son matou de héros, dès les premières pages  : " Bart en a marre de toutes ces conneries de chat : les caresses, les graines qui puent, les pâtés dégueu, la castration, dormir comme un con les 3/4 de la journée, près d'un radiateur,..." relève soit de l'observation perfide mais franche, soit d'un début de révolte pour redonner à ces animaux leur vraie place dans un monde de mémères énamourées. Avec cette citation, vous pouvez vous faire une idée du ton de cet album. Quand j'aurai rajouté que Bart meurt à la troisième page pour ensuite vivre sa deuxième vie en chat zombie bouffeur d'humains et rêvant d'être chanteur, vous pensez d'ors et déjà que ce sera inutile d'offrir cet album à votre soeur qui collectionne les calendriers du facteur,... ceux avec les chatons... Certes l'univers sans concession de Soledad Bravi doublé d'un dessin simplissime, pas du tout dans la surenchère "je croque ce minou si choupinou, je craque, il est trop chou", peut s'envisager ainsi mais Bart, je vous le rappelle, a neuf vies, comme tout bon chat s'il respecte la légende et le lecteur n'est pas au bout de ses surprises. Sans se départir de son humour noir, l'auteure fait voyager son chat en Asie, continent qui n'use pas du parcours lumineux pour chat d'appartement ( bien que fabriqué chez eux) mais plutôt les mille et unes façons d'accommoder l'animal pour le déjeuner. Comme dans un jeu vidéo, Bart brûlera des vies en tentant d'échapper aux nombreux pièges qui le guettent, aux trafics en tout genre...
Cette succession de morts violentes, dresse un portrait sans fard du chat dans le monde et amène une grande compassion. Alors que je commençais à regarder Edouard ( oui, j'ai un chat qui dort près du radiateur ) avec un regard de propriétaire exploité par un perfide animal à quatre pattes, le récit prend soudain un tour proche du manifeste pour la survie de l'espèce féline. Sans jamais se départir de son humour corrosif, Soledad Bravi arrive presque à nous faire pleurer sur la dure condition des félins dans une certaine partie du monde ( ce grossissement du trait peut faire tiquer quelques uns ...) et l'album humoristique devient aussi plaquette pour WWF for cats.
Aussi drôle que déjanté, mêlant dérision et grand amour des chats,"Bart is back" de  Soledad Bravi s'empare de son minou à bras le corps pour nous faire part de toutes ses subtiles observations de la race féline. Après nous avoir sérieusement malmené, par la grâce d'une jolie pirouette finale, elle retombe sur ses deux pattes et redonne du baume au coeur à nous propriétaire de chats ! Ce soir, mon petit Edouard, tu auras droit à une pâtée spéciale chat de luxe, tu l'as bien mérité mon boubou tout doux...



1 commentaire:

  1. Moi qui ne suis pas trop "chats" à la base, ça m'a réconcilié avec ces petits félins; mais Bart est certainement un chat à part je pense?;-)

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson