samedi 15 octobre 2016

A présent de Vincent Delerm



Avant de lire la suite, sachez, si vous ne le savez déjà, que je suis un fan absolu de Vincent Delerm. Cela ne s'explique pas, c'est ainsi. Ses chansons, ses mélodies, ses orchestrations  m'ont toujours touché, ses spectacles toujours étonné et emballé, son univers  me correspond indubitablement même si nous ne sommes pas de la même génération. La sortie de ce sixième album, précédé d'une critique pour la première fois unanime, parlant de chef d'oeuvre, d'album de la maturité et autres clichés habituels, ne pouvait que me faire trépigner d'impatience.
Cela fait une semaine que j'écoute l'album et, oui, je peux le dire, comme tout le monde, c'est effectivement un excellent opus pour tout delermophile averti. Sans tomber dans les dithyrambes faciles, il n'y a rien à jeter parmi les onze titres qu'il nous propose. Tout est d'une élégance absolue, d'une créativité certaine et une quintessence du meilleur de ces albums précédents, gommant certains petits défauts ( qui pour moi n'en étaient pas mais agaçaient certains) comme cette tendance au name dropping si souvent moquée ou même sa voix, ici plus travaillée, plus douce, plus posée, plus affirmée. Par contre, on retrouve cet attachement prononcé pour le cinéma, la littérature, placé ici de façon plus subtile et aux références moins encombrantes qu'auparavant. Il continue aussi à creuser le sillon de son goût pour l'univers musical de François de Roubaix, déjà évoqué dans l'album "Quinze chansons". Une ambiance début seventies enveloppe cet album avec cordes, choeur et vocalises féminines qu'accompagnent parfois quelques notes de pianos préparés comme dans son précédent album.
Alors me diront les perfides, rien de neuf chez Delerm ! Remarque balayée d'un haussement d'épaule, "A présent" apparaît comme le tableau parfait et cohérent de l'univers du chanteur. Les chansons se succèdent avec grâce et nous réservent quelques surprises comme cette très belle  mise en musique de la bande son d'un reportage télé sur l'humeur des français dans les années soixante en est la preuve ( "Etes-vous heureux ?") ou la magnifique évocation parlée de la disparition de son grand-père ( " La dernière fois que je t'ai vu "). Je pourrai les égrener toutes les unes après les autres mais peut être que "Le garçon" et "Danser sur la table" émergent sensiblement, le sous-texte sur la masculinité leur donnant un plus évident.
Par contre, on ne manquera pas de s'interroger sur le titre de cette nouvelle production : "A présent" car, à première écoute, plus nostalgique comme album on ne trouve pas. Cependant, et si l'on observe sa construction, il nous propose en creux une véritable autobiographie du chanteur et de l'homme qui, sans du tout sombrer dans la mélancolie, délesté de tout pathos, se présente à nous tel qu'il est dans sa juste quarantaine, un garçon qui, s'il ne monte pas sur la table, nous invite à le suivre dans sa sensible réalité d'artiste, nous offrant la magnifique représentation poétique mais intime de nos vies. Nous vivons, il vit donc son présent, construit de tous ces mots, ces moments, ces sensations passées et est bien un chanteur d'aujourd'hui.


4 commentaires:

  1. A présent, il est grand temps de se le procurer!!

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi je suis une grande fan depuis son premier album. Je l'ai vu des dizaines et des dizaines de fois en concert, je l'ai suivi en tournée sur quelques dates, j'ai fait des after avec lui et la clique tôt ou tard, j'ai d'énormes souvenirs et de grandes amitiés en lien avec Delerm et sa musique. C'est un artiste qui restera graver en moi à jamais, quoi qu'il fasse je pense.
    J'ai acheté son dernier album et je suis de ton avis, il est très chouette.

    Par contre de mon côté (et pour élargir à ses autres activités), j'adhère beaucoup moins à ses "productions" photographiques et à ses activités d'"artiste" plasticien... Vincent a énormément de talent pour la musique, pour les paroles, pour créer un univers, ses spectacles sont excellents mais pour le reste je connu bien meilleurs que lui mais qui ne s'appellent pas Delerm...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes bien d'accord au sujet du chanteur... et du photographe. Ses clichés minimalistes me parlent peu et ressemblent à mes photos qui me paraissent ratées. Il doit y avoir là dedans une poésie qui m'échappe.

      Supprimer
    2. On est d'accord. Reste un très bel artiste de chansons :)

      Supprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson