mercredi 5 octobre 2016

Vers les ourses polaires de Tim Dup


Alors que la presse qui compte grimpe au rideau en écoutant le groupe "la femme" ( pas sûr que le rideau à l'apparence frêle et hasardeux  soit bien solide), ou que d'autres écoutent ad libitum Marvin Jouno ou les nouveaux Delerm, Frère Animal, Julien Doré, se faufile dans le paysage mouvant de la chanson française un petit nouveau qui fait déjà pas mal parler de lui : Tim Dup.
Timothée Duperray de son vrai nom, 21 ans, prend quotidiennement le TER centre depuis Rambouillet pour suivre de brillantes études parisiennes. De ces trajets, principale source d'inspiration,  il a composé, écrit et enregistré le printemps dernier un premier titre intitulé évidemment "TER Centre", titre mélancolique, où son sens de l'observation, associé à une écriture énergique et empathique, lui a permis de se faire remarquer très vite. Fin août est sorti un premier EP de 4 titres ( 3 chansons et un instrumental) qui ne fait que confirmer la première bonne impression. Très vite les qualificatifs et les comparaisons ont fleuri.  Emule de Gainsbourg et de Ferré, nouveau Fauve à lui tout seul ( déjà !), les observateurs n'y vont pas de main morte, cherchant toujours la formule idéale pour attirer les regards et l'oreille sur un jeune artiste.
Bien sûr, le jeune homme s'accompagne au piano, on ne peut donc pas le comparer à Kendji mais plus à Delerm, Biolay et autres Beaupain et ça, même pour moi, cela donne un côté Chanson Française de qualité  (j'y ai mis des majuscules) et vous pose un artiste. (Jennifer ne joue pas de piano...). A l'écoute, le charme agit, les mélodies simples et efficaces accrochent, les arrangements, sans être follement originaux, habillent avec discrétion l'ensemble. La voix, pas encore totalement assurée, que certains comparent à celle de Balavoine, cousine plus avec celle de Vianney.
Maintenant que les projecteurs mettent en avant ce jeune talent, on le suivra avec intérêt. Son EP entre dans ma play list d'automne, un passage à un de ces concerts pour découvrir un peu plus de son univers me semble indispensable. En tous les cas, une jolie découverte pour accompagner notre rentrée, se pare des atours d'une bonne nouvelle.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson