lundi 30 janvier 2017

La la land de Damien Chazelle


Mais pourquoi ai-je regardé par cette après-midi pluvieuse "Un jour à New-York " de Stanley Donen ( 1949) alors que ma soirée était consacrée au visionnage de LA comédie de l'année, voire du siècle, qui triomphe partout, surtout au niveau des Oscars ou autres Golden Globes ? Je ne sais...une envie de film musical et dansant, "La la land" ( et son martelage publicitaire) ayant suscité ce soudain désir... Evidemment le passage de l'un à l'autre fut rude, et sans vouloir réellement comparer, le film de Damien Chazelle ressemble à une comédie musicale comme "Les Tuche 2" à une essai philosophique.
Qui dit comédie musicale, dit chansons et danses. Soyons honnêtes, on voit très vite qu' Emma Stone et Ryan Gosling ont du travailler au maximum  trois jours ( si c'est plus, ils ne devaient pas être doués !) pour danser la valse, faire trois pas ensemble et une passe de rock, seules chorégraphies visibles à l'écran et pas plus de trente secondes ! Par contre, la caméra, la seule vraie danseuse du film, pour cacher la misère, tournicote, virevolte sans cesse autour d'eux. Côté chant et musique, là aussi le film se révèle très pauvre. Après un entraînant morceau d'introduction,  "Another Day of Sun" mais chorégraphié façon show Sylvie Vartan du temps des Carpentier, nous entendons bien un dizaine de fois "City of stars" susurré délicieusement par les deux stars ( mais qui ne feraient même pas se retourner Mika ou Jennifer dans "The Voice" ) ou alors en musique de fond en version  lente, rapide, swing, jazz, ... L'avantage, c'est qu'on l'a dans la tête pour le reste de la semaine.
Mais que reste-t-il alors ? L'histoire !  Et quelle histoire ! Ils se croisent, finissent par s'aimer, puis la vie les sépare et... ( je ne raconte bien sûr pas les dix dernières minutes du film...oui parce que le reste, c'est deux heures !) . Je sais, les comédies musicales d'antan ne brillaient pas par leur scénario, celle-ci non plus, donc, oui, on peut parler de résurrection du genre. " La la land"  offre toutefois  un petit quelque chose pour faire palpiter le cœur du spectateur devant cette amourette gentillette. Outre le couple vedette qui peut avoir du charme, on pourra apprécier ce bel hommage aux films d'antan, ces éclairages artificiels façon studio et les nombreux clins d'œil à ce genre irrémédiablement défunt des grands films de studio des années 50 mais aussi à Jacques Demy. Cependant, à part peut être un final réussi et même émouvant, le film se révèle juste une petite bluette pas désagréable, avec pas mal d'esbroufe pour épater le chaland mais qui donne une bien pâle image de la comédie musicale, genre que je préfère bien plus flamboyant. Mlle Stone et Mr Gosling ne seront jamais Fred Astaire ou Ginger Rogers....





3 commentaires:

  1. Même constat. Pour le final, et Ryan Gosling - si on est fan.

    RépondreSupprimer
  2. Même constat. Pour le final et Ryan Gosling - si on est fan

    RépondreSupprimer
  3. Vous le saviez vous qu'il ne pouvait pas avoir l'oscar du meilleur film;-)

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson