samedi 11 février 2017

Rose 1 de Emilie Albert, Denis Lapière et Valérie Vernay



Je l'avoue les histoires ésotériques, un peu fantastiques ont beaucoup de mal à m'intéresser. Trop terre à terre, les fantômes, les esprits, les médiums et autres spirites font fuir mon intérêt. Alors quand j'ai pris cet album et que j'ai découvert que l'héroïne, la Rose du titre, se dédoublait, mes sourcils ont froncé... Incrédule, j'ai toutefois continué ma lecture, emporté par la très mystérieuse ambiance que dégage le dessin délicat de Valérie Vernay...
Rose, tristounette, erre dans une station balnéaire, Biarritz hors saison, si l'on en juge par la fréquentation rare ou presque fantomatique de la cité. Elle vient d'enterrer son père que l'on a retrouvé assassiné sur la plage. L'homme parlait peu et était devenu détective privé après la mort de sa femme. Désireuse de connaître la vérité, Rose va mener l'enquête et faire d'étranges découvertes. Grâce à sa faculté de se dédoubler, elle rencontrera des esprits enfermés dans l'immeuble où travaillait son père...
Polar, fantastique et psychologique, malgré ses éléments à faire fuir les trop concrets comme moi, je l'avoue, "Rose" m'a emporté dans son imaginaire. Le scénario bien fichu, distillant avec maîtrise indices et rebondissements, est accompagné par un dessin aux teintes nostalgiques, élément qui fut déterminant pour moi et qui m'a permis de m'intéresser à cette histoire. Il se dégage de cet album une véritable atmosphère, à la fois mystérieuse et douce. Le singulier pouvoir  de Rose, qui pourrait en faire une super héroïne, est ici traité presque comme un handicap, l'enfonçant encore plus dans la solitude car atteinte par cette différence. Les tristes événements qui surviennent dans sa vie vont l'amener sans doute à affronter et accepter sa particularité, ainsi qu'à mieux comprendre le mystère de sa naissance. Je dis sans doute, car cet album est le premier opus d'une trilogie qui s'annonce vraiment passionnante. En tous les cas ce premier tome pose avec talent les débuts d'une histoire dont on a hâte de connaître la suite.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson