mardi 20 septembre 2016

Juste la fin du monde de Xavier Dolan


C'est avec gourmandise que je m'en suis allé voir le nouveau film de Xavier Dolan adapté d'une pièce de Jean-Luc Lagarce . Si je ne suis pas un fan absolu de l'oeuvre théâtrale, je suis nettement plus friand du cinéma du réalisateur, moment toujours intense et étonnant.
Avant la projection j'étais comme un affamé que l'on place devant son gâteau préféré ( Pour votre gouverne, le mien c'est le simplissime éclair au café). Avec "Juste la fin du monde", je me suis retrouvé devant une forêt noire, pâtisserie complexe mais qui, avec un bon savoir-faire peut s'avérer sublime lorsque le fabricant arrive à allier une génoise chocolatée légère, une crème chantilly délicate et placer les cerises avec harmonie. L'exercice est difficile comme sans doute l'est l'adaptation de toute pièce de théâtre à l'écran.
Avec passion et sans complexe, Xavier Dolan nous a donc concocté un film très (forêt) noir(e). La base est un remarquable mélange de stars du cinéma français ( Baye, Cotillard, Seydoux, Cassel, Ulliel) magnifiquement dirigés, voire sublimés par sa direction d'acteurs et une thématique forte ( la mort, l'homosexualité, et au-delà, l'accès au langage quand on ne peut pas se parler). La génoise est formidablement bien préparée. La caméra filme les personnages au plus près, capte l'intensité des regards, le moindre frémissement, perçoit ce que les mots ne peuvent dire. Le spectateur est totalement enfermé dans cette maison et reçoit ce huis-clos avec émotion. La crème, composée d'une belle lumière automnale ( bien que l'on soit dans une période de soi-disant canicule) enveloppe l'histoire de tons doux et la mise en scène, toujours très très inspirée, accompagne parfaitement l'ensemble.
Le fameux petit génie canadien a de nouveau frappé ? La décoration du gâteau n'étant qu'un jeu d'enfant, la partie est donc gagnée  ?
Totalement électrisé par la réussite du gros oeuvre, Xavier Dolan a plongé ses mains avec fougue dans  tous les ingrédients de décoration que lui offraient ses producteurs. Et hop des cerises confites par poignées ! Et hop des nuages de confettis multicolores !  Il ne résiste pas au plaisir, un poil vaniteux, de s'autociter à plusieurs reprises. Et un tube naze interprété dans une cuisine ( comme dans "Mommy" ), et un vêtement qui vole au ralenti ( comme dans " Laurence anyways" ) et, j'en passe. On flaire l'envie de coller dans son film tout ce qui a été encensé et remarqué dans ses précédents, histoire de faire une jolie compil et peut être avoir une palme. Pourquoi pas ? C'est ce côté frondeur qui fait son charme. Par contre, là où je grimace, c'est dans la surenchère d'une bande son lourdingue qui surligne inutilement pas mal de scènes. Des violons sirupeux quand il y a de la tendresse, des grincements quand ça s'engueule  jusqu'à l'insupportable, dans la dernière partie, où le climax obligé de l'histoire est accompagné de grondements d'orage ! Vous rajoutez quelques tubes incertains mis en clip et servant de respiration comme dans un entracte et vous vous retrouvez à la fin du film, rassasié certes, mais un peu lourd aussi.
Cette atmosphère familiale, gangrenée par le non-dit est parlante à tout un chacun. Le film au démarrage résonne bien et fortement. Nous sommes en totale empathie avec le personnage de Gaspard Ulliel, spécialiste des mots mais dans l'incapacité de nouer le dialogue ou celui interprété par Marion Cotillard qui se débat avec le langage. Puis, petit à petit, pour moi, l'émotion s'est atténuée, court-cuitée par une surenchère d'effets périphériques, qui m'ont paru un peu hors sujet ou tout du moins atténuant sensiblement le propos.
Xavier Dolan est bourré de talent, on le sait, il le sait. Mais à trop l'encenser, il se comporte comme un nouveau riche, le genre de mec à prendre son Hummer pour aller acheter son croissant au bout de la rue et ici, à parler de non-dit avec une sono de 50 000 watts. Ca peut épater le gogo.... mais je préférerai qu'il aille chercher sa forêt noire à pied, et qu'il l'a ramène doucement,en faisant bien attention de ne pas la renverser.
Ce cinéma de l'épate ne laisse jamais indifférent car il remue quand même des thèmes intéressants de façon pugnace. Cela créé le débat, fait discuter, et ça c'est bien ! Vive le cinéma qui se bouge, quitte à être parfois un peu pouffant. Xavier Dolan a toute la vie devant lui pour poser un cinéma plus réellement profond, sans les afféteries d'un jeune chien fou.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson