mercredi 29 août 2012

La vallée des masques de Tarun Tejpal





Quand j’ai lu sur la quatrième de couverture que ce roman était “une fable philosophique et politique puissante qui s’impose d’ores et déjà pour les générations à venir comme une lecture incontournable “, j’ai pensé deux choses : soit j’allais passer un grand moment, soit c'était encore une accroche marketing de l'éditeur.
Après lecture, je pencherai plus pour le coup de pub car le grand moment fut bien long même si 450 pages ce n'est pas le mer à boire.
L'histoire est bien une fable avec tous les ingrédients nécessaires : une unité de lieu bien délimitée, hors du monde, ici une vallée inaccessible, vraisemblablement en Inde et une époque non déterminée, peut-être de nos jours (baskets, télévision) même si les comportements des personnages évoquent une période plus reculée.
Le héros du livre qui attend d'être abattu par d'anciens condisciples, nous raconte sa vie et son itinéraire au sein d'une communauté aux règles dictato-sectaires. Il a été un Wafadar, sorte de guerrier hyper entraîné, le cerveau empli des préceptes d'un grand gourou dont la vie d'un certain Aum est au centre de la secte.
Pour arriver au statut de Wafadar, il faut gravir durant sa vie de multiples échelons et passer quelques épreuves minutieusement décrites par l'auteur.
Je reconnais à ce livre des qualités évidentes : création d'un univers clos original, amenant des scènes souvent horribles comme l'apprentissage du siontch, sorte d'aiguilles de diverses grosseurs servant à saigner plus ou moins rapidement sa proie (souvent un homme ) ou la visite du “nid des handicapés”, sorte de camp sinistre où sont entassés tous les mal formés de la région. Je perçois bien que le propos de l'auteur est de nous avertir que le prosélytisme, l'intégrisme mène à la barbarie, que les situations décrites nous en,évoquent d'autres, bien réelles, totalitaires, passées ou tellement actuelles.
Seulement, pour moi, tout cela est noyé dans un style trop imagé, une narration quelquefois elliptique et une intrigue assez répétitive et aux ficelles narratives un peu grosses, rappelant certains ouvrages à succès de la littérature ado. Cela m'a fait penser à un scénario de Bollywood à la sauce politique un peu gore et finalement un peu pouffant. Je pense que cela peut séduire, mais personnellement, je ne suis pas client, préférant sans doute des propos plus directs et plus clairs sur des sujets aussi graves.


Merci au Furet du Nord et au site de lecteurs Libfly de m'avoir fait découvrir ce roman en avant-première. D'autres avis ICI


1 commentaire:

  1. J'ai lu son précédent, un avis mitigé, j'espère que celui-ci me parlera plus ... EN tout cas, j'ai de bons échos autour de moi.

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson