lundi 20 août 2012

Le sermon de la chute de Rome de Jérôme Ferrari


Mon premier coup de coeur pour cette rentrée littéraire.

Je n'avais jamais lu Jérôme Ferrari dont la bibliographie compte déjà six romans et dont les derniers ont été couverts de prix divers et variés.
"Le sermon de la chute de Rome" ! Avec un titre pareil, je n'avais aucune envie de lire ce roman. L'idée de passer ma journée avec un livre vraisemblablement historique autour ou sur un discours de Saint Augustin ne me disait vraiment rien.
La lecture de la quatrième de couverture élimina cependant la possibilité de me retrouver dans l'antiquité et annonce très sérieusement : " Empire dérisoire, ..., un petit village corse se voit ébranlé par les prémices de sa chute à travers quelques personnages qui, ...., ont, dans l'oubli de leur finitude, tout sacrifié à la tyrannique tentation du réel sous toutes ses formes,...". Là je me suis dit qu'il allait falloir que je m'accroche aux pages et que je prévoie vite fait un dictionnaire philosophique à portée de main, pour digérer ce que j'entrevoyais comme un pensum.
Et la réalité fut toute autre. Ce roman m'a tout simplement passionné et emporté ! (A croire que les éditions Actes Sud réservent ce bijou à quelques initiés soigneusement choisis grâce à leur résumé passablement alambiqué !)
Nous sommes donc en Corse où nous allons suivre la destinée de deux personnages : Marcel, dernier rejeton d'une famille épuisée par la pauvreté et la grande guerre et Matthieu, son petit fils, incorrigible rêveur qui pense donner un sens à sa vie en prenant la gérance d'un bar dans le patelin de son grand-père.
Et nous allons assister à deux désillusions, deux chutes comme l'indique le résumé de l'éditeur. Une lente, celle de Marcel, qui traversera le siècle toujours en marge de la grande histoire et surtout à côté de ses rêves et celle de Matthieu aussi rapide que tragique.
Ces deux parcours décrivent la fin de deux mondes : le monde disons de la France jusqu'à la perte de ses colonies que Marcel côtoiera hagard et sans illusion et au travers de la vie de son petit-fils, le monde d'aujourd'hui dont le bar et les personnes qui le fréquentent en sont la parfaite reproduction.
Tout cela pourrait être lourdement symbolique mais c'est sans compter sur l'écriture absolument époustouflante de Jérôme Ferrari qui, avec la précision d'un entomologiste, accompagne ses personnages au plus profond de leur être, nous faisant partager comme rarement toutes leurs tentations, leurs sentiments. Grâce à cela, beaucoup de lectures sont possibles et à plusieurs niveaux, rendant ce livre tout à fait réjouissant car s'adressant autant au coeur qu'à l'esprit. J'en veux pour preuve le dernier chapitre qui est le sermon que saint Augustin prononça lors de la chute de Rome. Malgré son caractère religieux (pas ma tasse de thé), il clôt le roman avec force, donnant au lecteur un éclairage lumineux et finalement très actuel. Rendre Saint Augustin lisible et passionnant au pauvre esprit que je suis, est l'un des nombreux atouts de ce livre.
Premier coup de coeur de cette rentrée littéraire, "Le sermon sur la chute de Rome" est un texte lucide et brillant qui sait saisir une photo impitoyable du monde passé et actuel tout en gardant l'attrait d'un grand roman.
"Le sermon de la chute de Rome" est publié chez Actes Sud.

Merci à la librairie Decitre et au site EntréeLivre de m'avoir donné l'occasion de découvrir ce roman en avant-première. D'autres avis ICI.


8 commentaires:

  1. J'ai lu un autre billets je ne sais plus trop où, tout aussi enthousiaste. Je vais peut être me laisser tenter...

    RépondreSupprimer
  2. Il semblerait que toute la critique réunie 'du monde à Télérama, en passant par le Point) soit du même avis. Trop de consensus ? Non, un vrai bon roman .

    RépondreSupprimer
  3. LE roman français de la rentrée littéraire pour moi. Ferrari est décidément un très grand écrivain : http://litterature-a-blog.blogspot.fr/2012/09/le-sermon-sur-la-chute-de-rome-rentree.html

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de le commencer ...et Dieu sait que le titre ne m'inspirait pas...

    RépondreSupprimer
  5. J'ai été comme toi quand je l'ai reçu ....

    RépondreSupprimer
  6. C'est en effet un vrai grand et beau roman!!

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson