lundi 15 octobre 2012

Macbeth de William Shakespeare


Un lecteur de ce blog, Stéphane pour ne pas le nommer, me signalait très justement que je ne parlais jamais des classiques de la littérature. Les aurai-je tous lus ? Que nenni ! Et c'est ainsi que, de fil en aiguille, cet honorable lecteur s'aperçut, qu'entre autre, je n'avais jamais mis mon nez dans une oeuvre de William Shakespeare ! Me mettant au défi de m'y plonger dans le mois qui suit, je me suis décidé à lire, sur ses conseils, "Macbeth".
Que dire d'un chef d'oeuvre de la littérature ? Ma vérité de lecteur. Tout d'abord que se plonger dans ce style du 16 ou 17ème siècle n'est pas aisé (et avec une traduction qui ne me semblait pas à son meilleur niveau). Ayant à ma disposition deux versions différentes de cette pièce, j'ai pu vérifier que cela devait être vraiment difficile de redonner en français la verve de Mr William.
Mais au fil des pages, on s'habitue à ces métaphores, ces métonymies qui peuvent paraître d'un autre âge mais qui ont, il faut le reconnaître, une saveur et une force incomparables. Et puis, bien sûr, il y a l'histoire de ce tyran, Macbeth, assoiffé de pouvoir. Il tuera tout ce qui fait obstacle à son ascension. Mais ses crimes laisseront une trace indélébile dans son esprit et sur la main de sa femme, la fameuse tache du remord qui résiste à tous les lavages. Bien sûr la morale est rétablie bien que de manière tout aussi cruelle.
Pour moi, habitué à des lectures plus contemporaines, j'ai très vite fait abstraction des facilités scénaristiques (oui, il y en a !) mais pas de la trame historique. La pièce, en cinq actes, se déroule en gros  entre 1040 et 1067 de notre ère et il m'a fallu quelquefois consulter un petit déroulé historique pour pouvoir bien suivre et comprendre qui étaient ces nombreux personnages qui apparaissent au fil du drame (29 rôles parlants au total ! Je comprends mieux pourquoi on ne la voit pas plus souvent à l'affiche !).
Quoiqu'il en soit, cette plongée dans le monde allégorique de William Shakespeare fut une expérience intéressante et je remercie Stéphane pour ce challenge. Maintenant, je suis prêt à recommencer et, pourquoi pas, à m'enfiler tout le répertoire de celui dont la langue natale porte dorénavant le nom.


Je ne résiste pas à l'envie de mettre ce clip de Vincent Delerm intitulé "Le monologue shakespearien", pas vraiment adapté à Macbeth (peu de monologues et évoquant une autre pièce du grand William) mais tellement drôle. (enfin, je trouve).

4 commentaires:

  1. Très belle critique et félicitations à toi pour t'être mesuré à ce théâtre écrit en prose.
    J'ajouterai, si j'ai la permission, un petit détail : la pièce se déroule en Ecosse. Cette information a son importance quand on sait que MacBeth est aussi connu sous le nom de "La pièce écossaise". Et je me permets d'ajouter que le surnaturel tient une place particulière dans cette pièce et participe au déroulement tel qu'il est décrit dans la pièce.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ces détails venant d'un spécialiste....

    RépondreSupprimer
  3. Je ne peux qu'être de ton avis concernant la chanson de Delerm. Je suis fan :)

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson