mardi 2 octobre 2012

Le singe de Hartlepool de Wilfrid Lupano et Jérémie Moreau


Derrière cette couverture singulière et particulièrement réussie, se cache l'adaptation d'une légende anglaise du XIXème siècle.
Les habitants du petit port de pêche d'Hartlepool ont un drôle de surnom : les étrangleurs de chimpanzé. Durant les guerres napoléoniennes, moment où la haine pour notre peuple est à son paroxysme, un navire tricolore fait naufrage et le seul survivant, recueilli sur la plage de cette charmante localité, est un singe. La bêtise et l'ignorance des habitants qui n'avaient jamais vu le moindre français (ni le moindre singe d'ailleurs), ont jugé la pauvre bête, la prenant pour la tête de pont d'un future invasion française.
Et comme ce singe n'a répondu à aucune question lors de son jugement, la population locale l'a condamné à la pendaison par souci de prudence.
Partant de cette anecdote pour le moins originale, Wilfrid Lupano, réinvente cette histoire pour en faire un conte baroque, truculent et philosophique. En y ajoutant toute une galerie de personnages secondaires attachants (les enfants et le jeune mousse franco/anglais), drôles (le cul de jatte) ou simplement plus important qu'il n'y paraît (le docteur et son fils), cet album est une vraie réussite.
Accompagnés par une illustration très inspirée de Jérémie Moreau qui jouant avec maestria avec les cadres et les couleurs, les dialogues truculents mais aussi inquiétants, soulignent l'ignorance et la bêtise d'une population prête à tout pour se donner de l'importance. On est à la fois chez Dickens et chez le Roald Dahl travaillant de conserve avec Quentin Blake. On ne peut rêver meilleurs inspirateurs pour cette BD de haute tenue qui saura vous émouvoir, vous surprendre mais aussi vous faire mesurer combien la bêtise et l'ignorance peuvent être vraiment inquiétantes. Son contexte historique, proche de la fable, donne à cet album une portée universelle qui le place désormais parmi les incontournables de l'année 2012.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson