dimanche 21 octobre 2012

Cul nul d'Anne Baraou et Fanny Dalle-Rive


C'est peut être un pari entre copines, mais c'est gagné ! Anne Baraou et Fanny Dalle-Rive, pour l'inauguration d'une nouvelle maison d'édition consacrée à la BD, Olivius (contraction des éditions de l'Olivier et des éditions Cornélius), nous offrent un album humoristique de cul ! Si c'est pas vendeur ça !
Le sexe attire toujours le chaland et l'on admirera le titre, très agréable à l'oeil.
Du sexe donc, pour rire c'est sûr et sans jamais tomber dans le lourd ou le graveleux, mais ici il s'agit du foireux, du raté, du nul. Avec un dessin qui n'est pas sans rappeler Claire Brétecher (il y a même des poufs profonds comme dans "Les frustrés"), les deux auteures épinglent avec tendresse tout ce qui ne se raconte pas toujours, du moins entre hommes (quoique), parce qu'entre femmes, je pense que oui....
C'est une succession de saynètes avec des plans drague qui finissent au lit parce qu'il faut bien avoir un semblant de vie sexuelle. Mais les amants sont tellement compliqués ! Tantôt hygiénistes ou adeptes de la gymnastique artistique, éjaculateurs précoces ou obsédés par les odeurs, ils sont tous de véritable tuent l'amour.
Derrière ce rire toutefois, on perçoit tout au long de l'album, cette "ultra moderne solitude", mère de toutes les névroses. Manque de confiance, souci de la performance, obsession de l'image, toutes les conditions sont réunies pour que les ébats soient ratés et sans lendemain.
Telles des exploratrices des temps modernes spécialisées dans les loosers, les deux auteures nous plongent pour de rire sous les couettes peu bandantes des amants d'aujourd'hui. Si l'on n'en sort pas du tout émoustillé, on a passé quand même un agréable moment à sourire de ce qui nous est peut être arrivé (surement même) en regrettant une seule chose : cet album est trop court. On en veux plus !
Beau papier, belle édition mais hélas aussi copieux qu'une part de tarte dans un TGV ! Et ce n'est pas le dernier trait d'humour autour de la rareté du sujet qui me fera taire...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson