dimanche 28 octobre 2012

Palacinche de Caterina Sansone et Alessandro Tota


Olivius, nouvelle maison d'édition BD, ouvre le bal en sortant trois albums de genres assez différents. J'ai parlé la semaine dernière de "Cul nul", petit recueil de gags autour des ratés du sexe. Je n'ai pas eu envie d'acheter "Les filles de Montparnasse" de Nadja mais par contre, j'ai flashé sur "Palacinche" de Caterina Sansone et Alessandro Tota, joli récit d'une jeune photographe sur la trace du passé de ses parents.
Sous titré "Histoire d'une exilée" ce roman graphique est un joli hommage délicat aux parents de Caterina Sansone qui ont du quitter en 1951 Fiume, ville italienne devenue, après guerre, yougoslave. Poussés à fuir le pays à cause du régime communiste, il atterrissent dans un camp de réfugiés du côté de Naples où ils passeront une dizaine d'années dans des habitations d'urgence en bois avant de s'établir à Florence. Leur fille, accompagné de son ami, va refaire ce trajet mais à l'envers. Armée d'un Rolleiflex, appareil photo argentique, elle photographiera tous les lieux ou ce qu'il en reste, où ses parents ont vécu et interrogera les survivants.
Cet album est à la fois le récit en bande dessinée de ce voyage, le reportage photo réalisé ainsi que l'histoire de cet exil. Cela donne un résultat attachant. le mélange Bd/photos est très réussi. Au dessin correspond la partie contemporaine, légère, humoristique, petite histoire dans une plus grande, mais aussi le récit de l'exil, simple, précis, émouvant. La photo, elle, apporte le témoignage de la vie des exilés avec les reproductions nostalgiques des photographies des années 50, avec, en contrepoint les photos d'aujourd'hui, qui, toutes, apportent le sentiment du temps qui passe et ensevelissant tout inexorablement.
Luttant contre cet oubli, les deux auteurs nous livrent un bel album sur la mémoire et la recherche de ses racines, un récit qui nous rappelle surtout que c'est par le passé et la connaissance de ses origines que l'on peut mieux avancer dans un monde qui a trop tendance à ne vouloir nous faire regarder que de l'avant.
Pour l'anecdote, les palacinches sont une variété de crêpes de la région de Fiume (aujourd'hui Rijeka en Croatie) dont les auteurs nous donnent la savoureuse recette en fin d'album.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson