jeudi 21 février 2013

Un homme d'Albin de la Simone


C'est le premier album d'Albin de la Simone que j'achète  et que j'écoute intégralement. Je le connaissais uniquement pour avoir dans mon ipod quelques duos (avec Vincent Delerm, Jeanne Cherhal ou Vanessa Paradis). Partant avec un a priori favorable, j'ai donc écouté et réécouté "Un homme" son dernier album studio.
La première chose qui surprend, c'est la voix, fragile, bien timbrée mais sans effet, douce, une voix particulière qu'il m'a fallu apprivoiser pour pouvoir passer outre. Albin de la Simone le dit lui même dans une interview dans 20 minutes : " L'enjeu est dans ma voix, ça me traumatise. J'adore chanter mais  j'ai une voix difficile à assumer." Et c'est vrai que  ce timbre particulier m'a un peu freiné pour entrer dans son univers parce qu'il y a un univers bien marqué. Intitulé pas du tout innocemment "Un homme", Albin de la Simone nous parle pas mal de masculinité, pas triomphante ou alors de façon ironique comme dans mon "Un homme", interrogative comme dans "Mes épaules" ou blessée et perdue  dans "Ici hier". Les textes, bien écrits sont assez elliptiques, et donnent une image de nouveau mâle au chanteur, un peu comme les nouveaux hommes des années 70 étaient symbolisés par Souchon ou Woody Allen. Je ne suis pas bien sûr qu'Albin de la Simone puisse devenir le chef de file d'un nouveau courant que j'intitulerai masculin-pastel, parce qu'il est peu probable que ce disque, magnifiquement orchestré et arrangé, parvienne à séduire le grand public.
Tout en finesse, cet album plaira à tous ceux et celles qui aiment les chanteurs qui susurrent à leur oreille de jolies paroles. La délicatesse de cette production la rend fragile voire un peu trop discrète dans un environnement où l'on aime jouer les gros bras. C'est pour cela qu'il faut aller faire un tour du côté de chez Albin de la Simone, musicien talentueux mais chanteur un peu fragile. Même les mots comme "te faire foutre" sont dans sa bouche ni grossiers, ni lourds, simplement, les mots d'un poète gracieux dont on guettera le passage sur scène, façon piano voix, meilleure façon intimiste de déguster ses morceaux.



1 commentaire:

  1. oh, decidemment...j'ai entendu Didier Varrot en faire l'éloge ce matin sur France Inter et je comptais l'acheter!

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson