samedi 11 mai 2013

Madie de Paul Filipi, Mathias Mercier et Damien Raymond


Voici un roman graphique qui me laisse sans voix. Je ne sais pas quoi en dire. C'est rare mais ça arrive. C'est d'autant plus troublant qu'il y a dans "Madie" tous les ingrédients qui font que d'habitude j'aime les histoires psychologisantes.
Madie est médecin dans l'est de la France. Elle vit avec Edouard, prof sympa à lunettes. Elle a des amis, des parents chiants. Mais la crise de la septième année de vie commune va la saisir de plein fouet  quand elle va apprendre qu'un ancien amant, Frédéric, n'est en fait pas mort. En partant à sa recherche, elle va s'interroger sur sa vie, son couple...
Tout y est dans "Madie", tout ce qui habituellement me ravit. Une écriture douce et intelligemment elliptique, qui ne force jamais le trait, laissant au lecteur le soin d'y mettre ses propres sensations. Il y a une toile de fond sociétale ( un rien forcée peut être, mais bien vue), des idées narratives poétiques ou fortes (les chats sur les toits, les flash-backs ), un graphisme comme je les aime pas trop réaliste, à la Berberian, un travail subtil sur les couleurs épousant judicieusement les états d'âme de l'héroïne. Et malgré tout ce joli travail, j'ai refermé l'album en me disant : "Et alors ? "
Je n'ai pas été touché par cette histoire pourtant bien menée. Madie ne m'a pas été particulièrement sympathique. Bref je n'ai pas cru à sa crise, à son démon de midi précoce. Je ne me suis pas ennuyé, j'ai juste lu cet album sans déplaisir mais sans passion aucune. C'était comme dans certains restaurants. L'assiette dressée devant soi est magnifique, impeccablement agencée pour mettre les papilles en émoi mais quand on goûte, rien ne se passe vraiment parce qu'il y manque quelque chose, la touche infime qui aurait fait envoler le plat. Ici, c'est peut être l'héroïne qui manque de caractère, un tantinet trop renfermée peut être...
Alors, me voilà embêté, car je reconnais que les auteurs ont mis beaucoup de choses dans ce projet et je n'ai pas envie de décourager d'éventuels lecteurs. Je n'ai pas adhéré mais je pense que cet album mérite une certaine attention et que, surement, plein de monde y trouvera un intérêt. Moi, je suis passé à côté. Dommage....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson