mercredi 1 mai 2013

Mud de Jeff Nichols


"Mud" est un film qui en impose, intimidant même. Comment ne pas l'aimé un tant soit peu ? Il y a tellement de choses là-dedans...
Mud, est une espèce de marginal, fuyant la police et un groupe mafieux, qui s'est réfugié sur une île au milieu du Mississipi, et préparant sa fuite avec sa bien aimée pour le Mexique. Il va être aidé dans son projet par deux adolescents qui vont voir en lui la figure symbolique du père qu'ils n'ont pas.
Film indépendant américain, "Mud" est un vrai film d'auteur. Son réalisateur, Jeff Nichols en a également écrit le scénario et cela se sent. Le rythme est celui d'une balade sur le fleuve. Il prend le temps d'observer la nature et de jouer avec la lumière du soleil façon Terence Malick. Avec peu de mots, il fait progresser son récit grâce à une mise en scène virtuose, traquant les regards, les gestes et cadrant avec subtilité le moindre protagoniste. Récit initiatique dans lequel chacun peut puiser ce que bon lui semble, il décrit tout un tas de concepts psychologiques majeurs : les différents rôles paternels (triomphant, vaincu, mafieux, en devenir), l'amour (passager, fugace, éternel ), le passage dans l'âge adulte (pour les adolescents mais aussi pour Mud, ado attardé pour qui l'aventure marquera la fin d'une période). La force du film est que tout est développé sans aucune lourdeur, l'histoire brillamment écrite, évitant de tomber dans le démonstratif. Pour les cinéphiles, il y a en plus le jeu des références qui joue à plein. On pense parfois au Clint Eastwood d"Un monde parfait", mais aussi à Sam Peckinpah, surtout au moment de la scène de fusillade vers la fin et bien sûr à Mark Twain pour ces images du Mississipi qui évoquent l'enfance et la lecture de Tom Sawyer.
Au final, j'ai vu un film totalement maîtrisé, emballant intellectuellement car provoquant la discussion dès la sortie de la salle, magnifiquement interprété mais peut être un poil trop long. Et puis, un bémol tout de même... Intelligent, virtuose oui, mais un poil misogyne quand même. L'image de la femme n'est guère valorisée dans ce film. Les femmes sont sur terre pour faire souffrir d'amour les hommes, car elles sont volages et infidèles ( Juniper interprété par Reese Witherspoon), castratrices (la mère) ou futiles et inconstantes (la girl friend). Pas une pour racheter l'autre et on le sentait déjà dans le précédent, mais néanmoins excellent, long-métrage de Jeff Nichols "Take shelter". Bon réalisateur mais un brin macho ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson