samedi 16 août 2014

Désordre de Penny Hancock / Lectures de vacances 8


POURQUOI ? 

Bonne question  (même si c'est moi qui la pose )! Pourquoi ai-je acheté ce livre ? Personne ne me l'a conseillé et je n'en avais jamais entendu parler. De plus sur la quatrième de couverture, une recommandation de S.J. Watson dont Avant d'aller dormir m'avait rasé à l'époque aurait du me faire fuir. Alors je ne sais pas, les polars sont tellement nombreux dorénavant sur les étals des libraires que le choix est difficile. Il me faut éviter les thrillers aux sérials killers déjantés qui étouffent des mamies avec des foetus fraichement prélevés sur des jeunes filles venant d'atteindre leur 5 ème mois de grossesse, les privés célibataires, alcoolos, anciens flic ripoux, taiseux et tentés par la cocaïne ou les polars flirtant avec l'ésotérisme, avatars pour adultes de la littérature pour ados qui a tant de succès auprès des producteurs hollywoodiens. Celui-ci avait l'air plus psychologique...alors pourquoi pas ? 

OU ? 

Toujours dans le Tarn, auprès du " pigeonnier d'Elise" , superbe location, fortement recommandée, (cliquez sur le lien)  pour des vacances reposantes, conviviales,  dans un coin de France qui, parfois, a des petits airs de Toscane...



ET ALORS ? 

Classique et pas mal, en tous les cas, assez bien fichu pour vous faire tourner sans trop de lassitude les 400 pages de cette histoire, "Désordre" vaut mieux que sa couverture vaguement sensuelle, assez ratée. Pas du tout thriller, même si annoncé comme tel, c'est bien un roman psychologique virant un peu au polar sur la fin. 
Manipulant des ingrédients éprouvés (la séquestration, un passé lourd qui resurgit ), Penny Hancock, pour un premier roman noir ( enfin, ...gris) n'a pas choisi une voie facile, le suspens psychologique ne supportant aucun à peu près pour être réussi. 
Son intrigue, qu'elle arrive à rendre finalement plausible, enrichie d'un regard implacable sur l'usure des couples, avance lentement et sûrement vers un final pas vraiment surprenant car inéluctable. Un peu plus resserré, le récit aurait gagné en intensité. L'action est ralentie par de nombreuses et minutieuses descriptions de la Tamise, de ses quais, de ses marées et des problèmes de navigations de diverses embarcations intervenant dans les souvenirs de l'héroïne. L'auteure a vraisemblablement voulu amortir  les heures de recherches de documentation, privant son récit d'un peu de nervosité et d'intensité. 
Malgré tout, je me suis laissé porter par cette histoire où le lecteur se retrouve dans cette position inconfortable (mais ô combien plaisante) de ne pas trouver le personnage principal sympathique. Il découvre de façon détachée ce récit d'une personne sombrant dans une folie qui pourrait la mener ou l'amènera vers l'irréparable. (Je ne veux pas dévoiler la fin). 

1 commentaire:

  1. Pourquoi du désordre dans un si bel endroit ?
    Pas facile les lectures de vacances

    RépondreSupprimer

Tabarnak de Cirque Alfonse