mercredi 5 novembre 2014

Pars avec lui d'Agnès Ledig


De manière tout à fait inattendue, j'avais bien aimé le précédent ouvrage d'Agnès Ledig " Juste avant le bonheur ". C'est donc avec un bon à priori, et passant outre cette couverture fleurant l'eau de rose et ce titre très Marc Lévy, que je me suis plongé dans "Pars avec lui".
Je ne sais pas si c'est une question de moment ou de pensée positive, mais, je l'avoue les cents premières pages m'ont emporté. Je me suis laissé embarquer dans cette rencontre hautement improbable de Roméo, pompier ayant fait une chute du haut de sa grande échelle avec Juliette, l'infirmière qui va s'occuper de lui dans le service de réanimation. Il fallait oser. Agnès Ledig l'a fait et ça passe. En quelques chapitres courts, elle plante le décor, présente ses personnages, les enveloppe dans une réalité teintée d'entraide et de bons sentiments, flirte avec les grosses ficelles mais sans jamais être lourde, car mêlées avec un regard assez pointu sur le quotidien. C'est léger mais finalement tellement plein de bon sens et d'humanité que l'on a envie de poursuivre la lecture. J'ai été touché car c'est écrit avec sincérité et avec la verve des conteurs de talent.
Et puis, petit à petit, la magie opère de moins en moins. Les personnages, taillés d'un seul bloc, finissent par aller là où l'on pense. Ils sont tous bourrés de bons sentiments. Ils peuvent avoir un peu fautés, ici s'être tapé tous les gars du collège pour le personnage de la soeur adolescente de Roméo, la vie les redirigera vers un chemin plus calme, parfois faussement provocateur. Ils ont tellement d'amour et de tendresse en eux qu'il est évident que, malgré quelques embûches ( c'est normal, on est dans un roman), la vie finira par être bonne fille. Au milieu de cet océan de bons sentiments, il y a un peu de noirceur, un compagnon ignoble, la perte d'un enfant, le suicide d'un aïeul, mais cela ne suffit pas à rendre le livre vraiment profond. On est dans un parcours balisé et un peu trop convenu, contrairement à son précédent roman où, justement, les mêmes bons sentiments irriguaient les pages mais où  les personnages ne se dirigeant jamais là où l'on pensait...
Je peux toutefois reconnaître qu'Agnès Ledig n'a pas son pareil pour noter une foule de détails du quotidien qui rend cette lecture un peu moins anodine voire très attachante par moments. De plus, elle sait mener une intrigue, faire entrer en empathie le lecteur avec ses héros. Cependant, pour moi, cette fois-ci cela n'a pas fonctionné, trop de rose sans doute et surtout des personnages sans autres sentiments que les bons ( un rêve d'humains ) qui auraient gagné à être un poil moins monolithiques.
Lecture agréable au final, un peu trop légère et convenue à mon goût mais qui saura plaire à un lectorat recherchant un roman détendant, bien mené et sans prétention, et dans ce registre là, "Pars avec lui" est sûrement le plus sincère du moment.


1 commentaire:

  1. Je te laisse avec ce livre et vais aller voir du côté du Dernier tango

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson