mercredi 19 novembre 2014

Un illustre inconnu de Matthieu Delaporte


"Un illustre inconnu " peut faire figure de film ambitieux. Son réalisateur, après une comédie à succès, "Le prénom ", s'attaque à un genre plus sérieux, le thriller psychologique. Il colle en tête d'affiche Mathieu Kassovitz, acteur impeccable et dont on peut penser qu'il ne s'engage que dans des projets qui en valent la peine.
A l'écran, le film démarre par des plans gris d'une banlieue parisienne sinistre, suivis par l'explosion d'un petit pavillon dont l'occupant semble être le héros principal. Nous sommes dans l'ambiance, réveillés...mais pas pour longtemps car s'ensuivent de longues scènes tout aussi grises qui nous montrent un homme ordinaire, agent immobilier, qui s'empare de la physionomie de certains de ses clients, pour vivre leur vie par procuration. C'est intriguant, joliment filmé, jouant avec la géométrie des lieux  et les tons allant du gris au gris kaki en passant par le marron, mais tellement pesant que l'ennui commence à pointer,surtout que l'on ne voit pas trop l'intérêt de s'installer dans l'appartement de quelqu'un, en ayant totalement son apparence, pour y manger dans sa cuisine. Et qui dit ennui, dit cerveau en balade, pas captivé par l'intrigue et donc apte à s'apercevoir des incohérences du scénario. Comment un petit agent immobilier si terne, peut-il être un tel spécialiste du maquillage, du moulage en latex ? Aurait-il un CAP maquillage/prothésiste ? Et puis, sa cave, aménagée comme Fort Knox, rendrait euphorique une palette de maquilleurs made in Hollywood tellement le lieu est vaste et bien équipé.
Je rassure cependant les allergiques au travestissement si à la mode ces temps-ci, le héros du film ne se déguise qu'en homme. On ne voit pas bien son intérêt car il ne vole rien, seulement leur look et leur façon de vivre... C'est une perversion comme une autre, singulière sans doute, mais à l'écran moyennement crédible, car pas expliquée. Il est comme ça un point c'est tout ! Et comme ça prend trois plombes, on se demande quand le film va démarrer.
L'histoire démarre réellement ...avec presque la moitié de la salle en moins ( OK, j'exagère, on était 5 et deux sont sortis au bout de 45 minutes) lorsque notre héros croise un ancien virtuose du violon accidenté... Mais chut, je n'en dirai pas plus pour ne pas gâcher le suspens ! Déjà entraîné à repérer les incohérences, le spectateur se régale dans la deuxième partie, certes un peu plus punchy, mais encore plus invraisemblable. Le héros reste toujours aussi opaque quant à ses intentions mais confronté à plus de personnages, voire un semblant d'histoire d'amour, il nage dans la fiction improbable. On s'ennuie moins, mais on continue de ricaner. De rebondissements prévisibles en scènes psychologisantes lourdement démonstratives, le film s'enlise irrémédiablement.
On ne sauvera de ce ratage qu'une interprétation impeccable de Mathieu Kassovitz qui semble se faire une spécialité des rôles d'hommes ordinaires (cf le film d'Audiard ) et une science des cadrages mornes du plus bel effet. Je ferai cependant une  petite remarque de spectateur : pour qu'un thriller fonctionne, il vaut mieux éviter les lenteurs, le rythme camoufle bien les grosses ficelles  et peut emporter le spectateur. Ici, on a préféré les mettre en avant... Il doit y avoir des amateurs...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson