mardi 1 mars 2016

Le côté gauche de la plage de Catherine Cusset


Ce très joli petit livre, publié chez un petit éditeur breton, Dialogues, me réconcilie avec Catherine Cusset, auteure de premiers romans emballants mais qui m'avait assez déçu avec " Indigo " paru voici trois ans maintenant.
C'est un court texte, presque une nouvelle, a la force d'un vrai roman, même si le personnage principal est la plage que Catherine Cusset fréquente depuis des décennies dans une presqu'île bretonne. Elle devient sous sa plume un lieu où s'épousent la nature et la liberté mais aussi le portrait tout en tendresse d'un homme qui n'est ni un mari, ni un amant, juste un ami...plage.
Le livre débute par une mise au point nette. Catherine Cusset va sur cette plage, seule et se baigne nue, éprouvant le bonheur de retrouver " un corps d'avant la sexualité". Pour arriver dans cet endroit presque paradisiaque, nous la suivons dans ce chemin tortueux qui mène jusqu'à cette longue bande de sable, où la marée joue son lent va et vient, laissant autant de traces que d'odeurs iodées. Le cadre est posé. Le lecteur est enveloppé de cette atmosphère balnéaire. Il sent le sable sous ses pieds, les quelques galets que heurtent parfois un orteil.  Son regard se porte sur l'océan, attirant, tentant, parfois inquiétant. Une fois sur la grève, Catherine Cusset délaisse le côté droit de la plage, plus familial, plus commun, pour lui préférer la partie gauche, plus libre car sans vêtement. Longtemps, elle y fut cette baigneuse solitaire au milieu de quelques hommes, nus aussi. Les regards qui s'échangeaient sur ce lieu, beaucoup plus pudiques que l'on ne le croit et souvent sans véritable jugement sur le corps de l'autre, ne l'ont jamais mise mal à l'aise. Au contraire, elle nous parle de son plaisir d'être cette Vénus à la peau presque blafarde sortant de l'onde quelque soit le temps, de la sensualité de l'eau, du vent, du soleil sur sa peau nue qu'aucun des hommes présents ne convoite vraiment. Pendant des années, elle y alla seule d'abord, en mémoire de son père, puis avec des amants, un mari,  attendant que la plage soit déserte pour déguster en fin de soirée un plaisir attisé par les rayons du soleil, puis de nouveau seule, son conjoint travaillant loin, à l'étranger. Et c'est ainsi qu'elle rencontra Jean, retraité de l'enseignement, solitaire nu comme elle, lisant sur la plage quelque soit le temps. Ces deux solitudes se sont observées, rencontrées, appréciées et sont même devenues des amis de inséparables.
 Cette plage et cette amitié ne font qu'une dans ce merveilleux petit livre, aussi libre que pudique, aussi harmonieux qu'émouvant. Les illustrations d'Alain Robet, fenêtres colorées sur l'infinie douceur des plages qui raviront les amoureux de la mer (et pas que les bretons) ajoutent un charme supplémentaire à ce livre, petit par le format mais grand si l'on prend en compte toutes les émotions qu'il fait éprouver au lecteur.
"Le côté gauche de la plage" est édité aux éditions dialogues.


4 commentaires:

  1. J'ai écouté mon intuition, je me doutais que ça vous plairait!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai parfois l'impression d'être un livre ouvert....

    RépondreSupprimer
  3. Mais non voyons, laissez moi croire encore quelques secondes que j'ai p'tête un don...

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai lu qu'un seul roman de Catherine Cusset que j'avais aimé. Celui-ci est tentant !

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson