dimanche 11 février 2018

Emma G. Wilford de Zidrou & Edith


" Emma G. Wilford" est un album rare, un magnifique objet, une sorte d'écrin agrémenté de doré et ayant presque la forme d'un coffret de jeune fille ( de bonne famille et de bon goût, car ici aucune variante de rose Barbie n'apparaît). L'ouvrir nous plonge immédiatement dans un univers que l'on imagine intime et secret, car nous tombons sur une sorte de cahier relié à la couverture au luxe non ostentatoire mais que l'on imagine acheté chez un papetier anglais raffiné. Puis l'histoire débute dans l'Angleterre des années 20 dans le parc d'une vaste demeure familiale de l'Essex, un jour d'été caniculaire. Deux jeunes femmes devisent sous les frondaisons. L'une est enceinte, l'autre, plus jeune, écrit des poèmes et semble un poil plus délurée. En quelques planches, le décor et le genre semblent posés, l'esprit d'une certaine littérature anglaise féminine aux allures légères mais toujours trompeuses plane. Mais l'histoire se noue, se déploie et c'est vers Jack London que la suite va faire penser, mais un Jack London qui aurait pris une femme pour héroïne.
Sur un habile scénario de Zidrou, aux dialogues ciselés, nous suivrons les aventures d'Emma jusqu'au fin fond de la Norvège où son romantisme échevelé n'enlèvera rien à sa détermination ni à son absolu sentiment de liberté. Les dessins d' Edith, somptueusement mis en couleur dans des tons automnaux et doux, accompagnent malicieusement cette jeune fille exaltée et sans complexes ! Ce doit être l'époque qui veut cela, mais il semblerait qu'enfin, même scénarisées par un homme, les femmes en bandes dessinées n'ont plus le rôle de pauvres filles qui subissent les événements tout en étant soumises et joliment déshabillées. En route dont pour de vraies histoires où, même si de pures jeunes femmes subissent encore les assauts de certains hommes ( dans les années 20, #balancetonporc était inimaginable), celles-ci savent user d'intelligence, de confiance et courage pour avancer dans la vie.
"Emma G.Wilford" , album aussi beau à l'extérieur qu'à l'intérieur, passionne, captive de bout en bout. En un mot, une réussite !
PS : Quand vous l'ouvrirez pour la lecture, ne le feuilletez pas, de petites surprises se trouvent cachées entre les pages, petits éléments qui vont donner encore plus de plaisir et de force à la lecture !








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson