jeudi 15 février 2018

Le retour du héros de Laurent Tirard



"Le retour du héros", avec son scénario improbable et sa mise en scène basique parvient quand même à nous faire passer un agréable moment. Quelle est donc la recette qui permet à ce film de tirer un peu mieux son épingle du lot ?
Tout d'abord,  l'effet comédie en costumes (qui peut rappeler à une génération plus ancienne des comédies pétillantes de Philippe de Broca ou de Jean-Paul Rappeneau ) peut apparaître un peu plus charmant et original que les sempiternels intérieurs cosy à la Ikéa dans lesquels se déroulent bon nombre de comédies censées être sautillantes. Le regard se trouve un peu plus surpris à suivre nos héros de salons anciens avec moulures et fauteuils Voltaire en jardins immenses propres à un certain marivaudage.
Si l'histoire du retour d'un ancien capitaine de l'armée napoléonienne auprès d'une famille bourgeoise pêche parfois par facilité, force est de reconnaître que les dialogues pétillent pas mal, surtout dans la bouche d'une bande de comédiens absolument formidables. Et c'est là que ce situe la bonne surprise du film ! Jean Dujardin, ne surprend pas mais fait le boulot, parfait dans son registre de toujours, le mâle hâbleur, séducteur mais un peu lâche. Face à lui, et c'est presque une découverte ( je dis presque parce qu'on la savait bonne comédienne), Mélanie Laurent, absolument merveilleuse, à la fois piquante, perfide, drôle, joue à la perfection toutes les gammes de la comédie. C'est elle qui porte le film et nous fait oublier les quelques invraisemblances du scénario. On la suit avec délice, tenant avec malice la dragée haute à la star Dujardin. Et autour d'eux, dans des rôles certes un peu caricaturaux, trois comédiens font eux aussi des prouesses de drôlerie, osant une interprétation au bord du too much, apportant ce petit plus de folie qui manque à la mise en scène. Noémie Merlant en cadette un poil nympho et hystérique, Christophe Montenez en mari pleutre et Evelyne Buyle en mère pétrie de bonnes manières forment,en second plan, un trio savoureux.
Bien dialogué, remarquablement interprété, "Le retour du héros" se hisse sans problème au-dessus du lot de bon nombres de productions françaises formatées pour le rire gras parfois et vulgaire ( comme il y a peu...suivez mon regard). Sans être un chef d'oeuvre, le film fait passer un agréablement moment et c'est déjà beaucoup.


2 commentaires:

  1. Ce n'est pas une découverte: Mélanie Laurent Est absolument merveilleuse!!! Mais j'avoue avoir hâte de la découvrir dans une comédie(et sans regarder la bande annonce avant...)

    RépondreSupprimer
  2. Je vous trouve un peu sévère. Le film s'annonçait comme une comédie distrayante et elle a tenu ses promesses sans tomber dans la facilité ou la vulgarité que vous citez sans la nommer.
    Vous n'aimez pas Jean Dujardin, et pourtant, il est difficile de faire rire, d'incarner un lâche ou un menteur tout en restant sympathique et touchant.
    Quant à Mélanie Laurent, n'en jetez plus ! A défaut de la trouver merveilleuse ou extraordinaire (je me méfie des superlatifs), elle est très bonne comédienne à une époque où tout film est un chef d'oeuvre c'est déjà très bien.
    En revanche, 100% et même 200% d'accord avec vous pour les films de de Broca et Rappeneau.
    Surtout, désolée il n'y a pas de costumes, pour le Diable par la queue (répliques saillantes, comédiennes ravissantes et virevoltantes, homme dépassé par les événements) et surtout l'Homme de Rio. Françoise Dorléac est superbe, Belmondo pas moins.
    A bientôt peut-être pour d'autres échanges culturels

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson