vendredi 8 mars 2013

Au bout du conte d'Agnès Jaoui


"Il vécurent heureux et se trompèrent beaucoup". C'est la phrase qui ponctue le nouveau film d'Agnès Jaoui, phrase de conte, remaniée. Elle résume parfaitement les idées que véhicule le film, encore plus si l'on donne plusieurs sens au verbe "se trompèrent"...
Oeuvre chorale, reprenant plus ou moins les personnages des contes traditionnels, on y croise un petit chaperon rouge d'aujourd'hui (Agathe Bonitzer). Elle est fraîche, crédule, fervente croyante en un grand  et unique amour et à la recherche de son prince charmant. Elle le trouvera en la personne d'un compositeur de musique contemporaine (Arthur Dupond), doux et gentil. Mais la réalité est un peu chienne, puisqu'elle croisera un loup prédateur (Benjamin Biolay, absolument formidable). Il lui remettra les idées en place, en la giflant au propre comme au figuré dans une scène presque jouissive pour moi, tellement la jeune fille est agaçante et prétentieuse.
On rencontre aussi une mère aux allures de méchante belle-mère façon Blanche-Neige. Mais les apparences sont trompeuses de nos jours, c'est bien la maman, la chirurgie esthétique faisant des merveilles. Il y a aussi une fée (Agnès Jaoui), mais il ne lui reste que le costume, revêtu lors des répétitions d'un spectacle pour enfants. Elle n'a pas beaucoup de pouvoirs, est un peu perdue, éperdue même. Elle essaie de se débrouiller seule dans une vie bien compliquée entre une fille qui lit la Bible et son désir de pouvoir enfin conduire une voiture toute seule. C'est là qu'elle rencontre un moniteur d'auto-école, ni roi, ni prince, seulement homme bourru, bougon et parfait incroyant . C'est Jean Pierre Bacri, au sommet de sa forme en tant que comédien,  mais surtout rongé dans le film par l'annonce de sa mort prochaine faite 30 ou 40 ans plut tôt par une voyante.
En s'attaquant à toutes les croyances que l'humain rencontre dans son existence, le film nous amène à nous pencher sur tous ces bobards que l'on nous fait gober pour que la vie soit plus simple ou plus belle. Au bout du compte, contes, grand amour ou religion, même combat. Ces croyances sont des béquilles, des fadaises auxquelles il est facile de croire mais que la vie se charge de démolir très vite.
Les personnages d'Agnès Jaoui en sont la parfaite illustration, ils avancent, espèrent, croient, se trompent, chutent et repartent, un peu cabossés, mais un peu plus forts.
Le film est un vrai plaisir de spectateur, bien joué, merveilleusement dialogué. Et si quelquefois, on a un peu l'impression d'une succession de sketches , on peut quand même  regretter qu'en voulant donner un peu d'ampleur ou d'originalité à sa mise en scène, Agnès Jaoui ait alourdi son propos avec toutes ces connotations au monde imaginaire des contes. Cela m'a semblé un peu trop démonstratif... mais c'est peut être un hommage à  "La vie est un roman" d'Alain Resnais auquel le film m'a fait penser parfois.
Quoiqu'il en soit, "Au bout du conte", est un film qu'il faut voir, comédie intelligente et sensible, elle diffuse son charme gentiment corrosif. Sa morale exemplaire est un message d'humanité . Oui, on peut vivre heureux avec son partenaire tout en se trompant (l'erreur est bien humaine) ainsi qu'en allant s'aérer dans d'autres bras, à condition de ne pas s'encombrer de croyances idiotes ou de préceptes sclérosants. Facile à dire... A faire ?



4 commentaires:

  1. Super d'accord avec toi même si je trouve que le parti pris du conte de fée est purement artificiel et un peu inutile car quel film de ce genre n'aborde pas exactement les mêmes sujets ? @+

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Pierre, moi aussi, j'ai bien apprécié ce film sans prétention. Les acteurs se sont fait plaisir et nous aussi. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Merci pour votre avis.

    J'ai adoré ce film, je passe toujours un agréable moment en compagnie de Jaoui et Bacri qui savent nous toucher au cœur grâce à des personnages dans lesquels on se reconnait...Je cherche d'ailleurs "désespérément" la musique diffusé dans le bar, mélange d'éléctro et de soul américaine...elle déchire et m'a fascinée ! quelqu'un peut-il me dire quel est cette musique ?
    merci
    Nelly

    RépondreSupprimer
  4. Ah celui ci je l'ai vu! Et contrairement à toi je n'ai pas accroché. Pourtant, j'aurai voulu accrocher! J'étais frustrée et déçue en sortant du cinéma...
    Mon avis complet si ça te tente de venir voir: http://cafardsathome.canalblog.com/archives/2013/03/13/26641282.html

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson