vendredi 22 mars 2013

La religieuse de Guillaume Nicloux


- Deux religieuses , s'il vous plaît !
En demandant mes places pour "La religieuse" de Guillaume Nicloux, j'ai eu soudain l'impression de me retrouver dans la pâtisserie de mon enfance, achetant ce gâteau aujourd'hui un peu démodé mais que ma grand-mère appréciait tout particulièrement.
Décalé et suranné est également ce film . C'est quand même étrange que l'on puisse trouver des producteurs pour un film se passant dans un couvent du 18 ème siècle, même inspirée de Diderot, car il faut le dire, l'histoire a bien vieilli et son caractère vaguement sulfureux ne fait plus rougir personne à l'heure des orgies du Vatican.
Suzanne, jeune fille pieuse est enfermée dans un couvent par des parents désargentés, n'aspire qu'à une chose, recouvrer sa liberté. Elle luttera avec toutes les forces de sa jeunesse. Elle croisera des mères supérieures sadiques ou saphiques qui lui prouveront que la religion mêlée à l'enfermement, ne donnent jamais de bons résultats.
Avec une intrigue assez conventionnelle, le film arrive à délivrer un petit message sur les extrémismes religieux et sur l'injustice d'une société anti libertaire, mais ne parvient pas toujours à passionner le spectateur.
Si une précédente version de cette "religieuse" avait subi les foudres de la censure dans les années 60, celle-ci n'est guère sulfureuse tout en étant agréablement filmée. Tout y est propre, les soeurs se déplacent froufroutantes dans leurs impeccables tenues amidonnées et aux coupes impeccables. Elles ont une allure glissante et élégante du plus bel effet. On notera toutefois que la cornette ne sied pas admirablement aux visages de nos comédiennes actuelles. Je ne conseille pas à Louise Bourgoin ou à Isabelle Huppert de prendre le voile, cela met en valeur quelques petits défauts de leurs visages qui, au naturel, font tout leur charme. Seule, la formidable Pauline Etienne est éclatante de beauté sous les oripeaux de l'intégrisme catholique. La jeune comédienne belge est tellement lumineuse et expressive, qu'il serait dommage qu'elle aille s'enfermer dans ces lieux de perdition que sont les couvents. Elle porte totalement le film et est la principale, voire la seule raison, d'aller voir ce film d'un autre temps.


3 commentaires:

  1. dans mon programme du week end!!

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai trouvé vraiment bien pour ma part. Pauline Etienne prend au coeur.

    RépondreSupprimer
  3. Je voulais voir ce film mais il n'est pas passé dans mon coin... Tant pis, j'attendrai sa sortie en DVD. J'ai lu tous les avis dessus alors je veux faire le mien :)
    Aaaah les religieuses, que de souvenirs pour moi aussi avec ces pâtisseries! C'est vrai qu'on n'en voit plus beaucoup sur les étals des patissiers...

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson