samedi 9 novembre 2013

Jeune fille en Dior d'Annie Goetzinger



En tant que lecteur inconditionnel de "Elle" (oui, il n'y a pas que des lectrices pour ce magazine léger) et passionné de mode, je ne pouvais qu'être attiré par cette "jeune fille en Dior".  Une couverture splendide, sobre et chic, une édition classieuse avec une reliure toilée, Annie Goetzinger, dont l'excellent "Demoiselle de la Légion d'Honneur" est toujours en mémoire, au dessin (mais aussi au scénario)... tout semble être réuni pour que cet album soit un délice ... 
A l'arrivée, hélas, les promesses de l'emballage ne sont pas tenues. C'est à la fois une évocation de la vie de Christian Dior que l'on retrouve au moment de l'ouverture de sa maison de couture en 1947 et de la présentation de sa fameuse collection qui allait lancer le "New look" mais aussi, l'histoire d'une jeune fille pauvre, mais jolie, qui deviendra l'un des mannequins vedettes du couturier. 
L'histoire n'est pas bien originale, gentillette, voire même un peu mièvre. C'est pour la énième fois  la bergère qui épouse un prince. La vie du couturier n'est qu'esquissée. Les coulisses d'une maison de couture sont gentiment évoquées mais de façon un peu pédagogique. Ne reste que le bonheur évident qu'a eu Annie Goetzinger à dessiner tous les somptueux modèles Dior, qu'elle prend plaisir à représenter souvent en pleines pages et qui est un régal pour les yeux. Comme tout est beau dans le plus joli des mondes, des couleurs pastels accompagnent ce qui devient une ode à la maison Dior, où tout est luxe, calme et... volupté ?  Non pas volupté ou alors toucher un organza, caresser un crêpe de Chine ou un taffetas, sont les uniques manifestations d'une sensualité assez absente de cet album. 
Il faut noter par ailleurs, ce qui m'a semblé le plus réussi dans cette "Jeune fille en Dior", la préface ! Signée Anna Gavalda, elle est à la fois très joliment troussée et, comme il se doit, dithyrambique envers l'auteur, son admiration lui venant de ses oeuvres passées...  Mais là où notre écrivaine à succès fait fort, c'est en dévoilant qu'elle n'a pas lu l'album en question, et se tire de ce mauvais pas par une pirouette dont elle a le secret.
Du coup, je me demande si elle aurait écrit cette préface si elle avait lu l'ouvrage. Mais aussi, si ce texte pétillant ne nuit pas à la découverte de l'album...car, le lecteur n'éprouvera-t-il pas un peu de déception après ces quelques lignes brillantes qui éclipsent en fait l'oeuvre elle même ? 
Alors, si d'aventure, vous venez à lire cette "Jeune fille en Dior ", sautez la préface et réservez-la pour la fin... vous serez peut être moins déçus que moi...







2 commentaires:





  1. HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE

    lien vers http://www.dailymotion.com/vid [...] e-vie_news
    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.
    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

    RépondreSupprimer




  2. HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE

    lien vers http://www.dailymotion.com/vid [...] e-vie_news
    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.
    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson