dimanche 24 novembre 2013

Une vie de petits fours de Sébastien Marnier


Dans un monde où on lit de moins en moins, où tout doit aller aussi vite qu'une connexion internet, où un quotidien doit être lu dans lorsque l'on arrive à sa station de tram ou de métro, la tentation du tout petit livre est grande pour les éditeurs. Cette rentrée un roman (?!!) de 65 pages a obtenu le prix Décembre (La réforme de l'opéra de Pékin de Maël Renouard) et les éditions Lattès lancent une collection tout petit format alliant "littérature et politique" au prix modique de 4 euros !
Deux titres ont paru en octobre dont cette "vie de petits fours", formidable nouvelle de 70 pages. On sait bien qu'il faut pas mal de talent pour écrire court et efficace. Réussir cet exercice n'est pas donné à tout le monde. Sébastien Marnier, en peu de pages, arrive à nous accrocher avec une histoire d'élection municipale. Après une description décapante des militants du maire UMP actuel, le texte s'attache aux dernières heures d'un candidat sans étiquette qui espère bien que sa campagne mi écolo mi novatrice va le porter jusqu'à la mairie. Théophane Tolbiac (c'est le nom de ce drôle de candidat) possède un secret que lui a transmit sa grand-mère, femme solitaire et auteur à succès de romans policiers...
C'est un petit format que l'on lit d'une traite parce que l'on a envie de savoir la fin. C'est monté comme un suspens et en plus ça distille, au fil de phrases acérées ou intrigantes, une multitudes de détails d'une densité romanesque incroyable. En peu de mots, il brosse le portrait d'un personnage jusqu'à le rendre incroyablement complexe ou formidablement précis et présent.
Si vous avez un court trajet et que vous ne voulez pas vous encombrer d'un gros livre voire d'une liseuse ou tout simplement pour le plaisir de découvrir une bonne nouvelle (et pour pas cher), jetez-vous sur "Une vie de petits fours", squattez le buffet, il est excellent ! Et pour vous mettre l'eau à la bouche, voici quelques lignes : 
" Ce soir les femmes sont de sortie. Elles ont de l'esprit, une certaine éducation, une personnalité bien affirmée ;pourtant, lorsqu'elles sont au bras de leur époux, elles s'effacent. Elles sourient, elles gloussent et se glissent dans les habits d'une desperate houwife de circonstance comme des actrices en représentation. Sur scène, elles s'évaporent et deviennent de simples élégantes quand, dans la coulisse, elles font tourner le barnum... C'est un jeu de dupes  auquel elles s'adonnent avec une certaine jubilation mais, sous les bas couture, l'esprit d'entreprise  et de compétitivité se propage comme un poison vénéneux sur la première main baladeuse. Derrière les sourires, leur vie s'écrit comme un roman. "




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson