mardi 26 novembre 2013

Romain et Augustin, un mariage pour tous de Thomas Cadène, Didier Garguilo et Joseph Falzon


Réactif à l'actualité et observateur du monde d'aujourd'hui (voir "Les autres gens" sa série fétiche), Thomas Cadène (au scénario) associé à Didier Garguilo et joseph Falzon ( au dessin), nous proposent une histoire de mariage entre hommes.
Ma première réaction fut de douter du projet. Auraient-ils le recul nécessaire pour nous trousser une histoire digne d'intérêt ? Le temps de fignoler un album à la hauteur du sujet sans tomber dans le déjà vu ou lu ailleurs ? Le doute était permis puisqu'il a déjà eu droit à une publication estivale sur le site web du Nouvel obs. "Romain et Augustin" bénéficie toutefois d'un à priori favorable car publié dans l'excellente collection Mirages de chez Delcourt. Après lecture, je dirai que c'est globalement réussi avec toutefois quelques bémols...
Romain a une trentaine d'années, beau gosse, gay donc et, après une rupture douloureuse d'avec Kader, rencontre Augustin, beau mâle plus jeune t un peu à la dérive. Tous les deux issus de parents maintenant séparés, ils vont s'aimer et retrouver goût à la vie. Les deux amants vivent dans un appartement situé juste au-dessus de celui de la mère d'Augustin, catholique pratiquante, acceptant très mal l'homosexualité de son fils. Romain lui, n'a guère de rapports avec ses parents mais est proche de sa soeur Mathilde. La vie est simple. Chacun a un boulot. Augustin est vendeur dans une boutique de fringues. Romain gagne très bien sa vie en tant que financier et vote UMP. Et puis, un jour, loi nouvelle aidant, autant par défi que par envie, ils décident de se marier...
A partir de cette base, on voit bien tout ce qu'un scénariste va tirer de cette situation. Les protagonistes sont en place pour une histoire où tous les points de vue vont pouvoir s'affronter. C'est ce qu'il se passe. Ca démarre mollement, scolairement même, presque au bord du cliché. Mais Thomas Cadène complexifie la narration et la lecture en intégrant une histoire parallèle à l'intrigue principale, illustrée par un autre dessinateur mais avec les mêmes personnages (c'est un peu sa spécialité) : un cousin va filmer tous les membres des deux familles des futurs époux en les faisant réagir sur cette union.
Cette partie, nommée intermède, au graphisme radicalement différent et en noir et blanc, déroute tout d'abord. On a du mal à retrouver qui est qui et les nombreux dialogues, dont une voix off, rendent tout cela un peu touffu. Puis, petit à petit, elle prend toute son ampleur, car c'est là qu'a lieu le débat et que toutes les idées et les points de vue sont développés. Alors que l'histoire principale ronronne un peu trop gentiment, on admire la clarté et la teneur des échanges de ces intermèdes.
Au final, on obtient un album assez pédagogique et somme toute intéressant, ayant le mérite de prendre à bras le corps ce sujet de socièté, hélas toujours d'actualité. Véritable plaidoyer pour le mariage pour tous et le droit à l'indifférence, "Romain et Augustin" a l'intelligence d ene pas juger les adversaires conservateurs et de leur donner la parole. On pourra regretter un manque de folie dans une trame un tantinet prévisible. Mais dans l'univers très macho et fortement hétéro de la BD, cet album est une bonne surprise qui mérite vraiment le détour.




Le même personnage (Augustin) vu par les deux dessinateurs.


1 commentaire:

  1. Ah oui, ça mérite vraiment le détour, un travail soigné, un scenario qui se laisse bien lire.

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson