dimanche 30 mars 2014

Regarde les lumières mon amour d'Annie Ernaux



Quand un grand écrivain regarde la vie dans un hypermarché Auchan, cela donne un livre aussi beau que son titre.
Vous me direz que c'est étrange d'employer le mot "beau" pour évoquer cet ouvrage paru dans une collection à caractère sociologique. C'est oublier que le regard d'Annie Ernaux est on ne peut plus subtil, humain et qu'il est doublé d'une écriture limpide, directe et belle. Au final cela donne un livre d'une parfaite concision (72 pages),  qui vous brosse un portrait lumineux et sans concession de ce temple de la consommation.
En cliente ordinaire, régulière et fidèle, Annie Ernaux  observe ce lieu de promiscuité subi, le décrypte, le dissèque avec toute sa subjectivité, ne faisant donc pas un travail de sociologue. Elle s'implique personnellement dans ce lieu, s'y inscrit pleinement en tant que femme d'abord, subissant les assauts sexistes de ce lieu où l'acte d'achat est pensé plus au féminin. Ecoeurée par l'extrême séparation des genres des rayons des jouets de Noël qui façonne les inconscients tout autant que par la répartition des rayons en zone de marquage des richesses, elle dissèque un par un tous les rouages de ces usines à consommer. Entre la décoration clinquante et joyeuse ou les panneaux fluorescents qui donnent l'impression que le magasin est généreux en bradant ses produits, l'écrivain note, analyse, pour mieux comprendre tous les enjeux économiques mais aussi humains qui règnent en ces lieux.
Avec un écriture simple, mais où chaque mot fait mouche, Annie Ernaux exprime librement et magnifiquement toute une myriade de sensations que tout un chacun a éprouvé lorsqu'il s'est trouvé à pousser un caddie parmi ces rayons regorgeant de produits ( " 50 000 références alors que je dois en utiliser 100" dit-elle). Lieu de rencontre, de distraction de populations très diverses, véritable reflet de la réalité sociale française, l'hypermarché est également un lieu où notre intimité est dévoilée, le contenu de nos chariots déposé sur les tapis de caisse devant le regard des autres, est un révélateur de nos goûts et de notre position sociale. C'est en pointant scrupuleusement tous ces petits détails de notre quotidien, sans en oublier les replacer dans une sphère économique globale, qu'Annie Ernaux fait encore mouche, en touchant une nouvelle fois le lecteur en plein coeur, mettant des mots forts et simples sur ce quotidien qu'on occulte le plus souvent. Du grand art et un livre à lire toute affaire cessante !

5 commentaires:

  1. Tu me donnes envie de lire ce livre! Elle était l'invitée de l'humeur vagabonde http://www.franceinter.fr/emission-lhumeur-vagabonde-annie-ernaux

    RépondreSupprimer
  2. Je l'avais écoutée sur cette même émission dont parle groody. Beaucoup de chroniques favorables à ce livre que je lirai

    RépondreSupprimer
  3. Ça se lit d'une trai! C'est passionnant et fort bien écrit. Merci mille fois du conseil.

    RépondreSupprimer
  4. C'est le livre que je vais offrir des dizaines de fois ce printemps..

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Pierre, j'ai repéré avec intérêt ce court récit et il ne coûte que 5,90 euros (qu'on se le dise!). Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson