samedi 20 septembre 2014

3 coeurs de Benoît Jacquot



Le dernier film de Benoît Jacquot, un homme aime successivement deux femmes sans savoir qu'elles sont soeurs, vise le mélodrame. La bande annonce, fort bien faite, met l'accent sur le quatuor d'acteurs haut de gamme (Deneuve, Gainsbourg, Poelvoorde, Mastroianni ), gage de qualité. Mais le passage à la vision, durant 1h46, de cette romance mâtinée de thriller psychologique tient-elle vraiment la rampe comme semble le dire une presse, toujours bienveillante envers le réalisateur ?
Avant de vous donner mes impressions, je tiens à vous signaler que j'ai assisté par hasard à une projection pour sourds et malentendants. Non, il n'y a pas la petite dame ou le petit monsieur qui gesticule et grimace en bas de l'écran, juste des sous-titrages pour les dialogues mais aussi pour les sons du film. Pas réellement gênants, les indications autour des bruits et de la musique ont peut être un peu trop surligné certains aspects de l'oeuvre....
"Musique intrigante" apparaît sur l'écran alors que surgit Marc (Benoît Poelvoorde), sur un quai de gare et rate son train. Il erre sur le boulevard de la gare d'une ville de province et croise Sylvie ( Charlotte Gainsbourg), en chemisier beige transparent, laissant deviner une brassière noire,  la mine chiffonnée et tristouille. Les deux solitudes vont s'accoster, se parler, s'attirer et passer la nuit à déambuler jusqu'au petit matin. Après un rendez-vous arraché de justesse, pour dans quelques jours à Paris, ils se quittent certains d'avoir trouver l'âme soeur. La caméra glisse sur eux, magnifiant le jeu des deux comédiens pourtant pas gâtés au niveau des dialogues.
Sylvie/Charlotte avant d'aller rejoindre Benoît, quitte tout et retourne chez maman (Deneuve) qui pourtant avait la paix depuis que ses deux grandes dadettes étaient enfin casées! Hélas,Benoît est fragile du coeur et à cause de foutus chinois jouant les niais afin d'éviter un redressement fiscal, il rate le rendez-vous suite à un malaise cardiaque. Charlotte est dépitée, retourne la mine triste en province, reprend son mari et file aux states. Ah j'oubliais, "Musique intrigante " est déjà apparu au moins huit fois depuis le début, lorsque des violons sourds et sinistres accompagnent les images de Charlotte, au diapason ( sinistre pas sourde, je précise quand même, on n'allait en plus l'affubler d'un autre handicap que celui d'être habillée comme un sac et de traîner un air dépressif durant tout le film).
Quelques années passent me semble-t-il. Benoît travaille à nouveau dans cette ville de province, rencontre Sophie/Chiara et lui ressert ses phrases de vieux dragueur qui font une nouvelle fois mouche. (Pour les celibs, allez voir le film avec un calepin, notez les répliques et essayez de les appliquer dans la vie, si ça marche, je vous offre des vacances au bord de la mer ...) Le voilà, fiancé puis futur marié sans le savoir de la soeur de Charlotte ! Mais,en tant que futur gendre modèle, il enchante future belle-maman Deneuve qui sert inlassablement de la charlotte aux fraises durant tout le film. La "musique intrigante" résonne de plus en plus souvent puisque Benoît ne sait pas encore que Sophie est la soeur de l'autre.... Alors vous pensez bien que dès qu'il approche d'une photo ou d'un ordinateur branché sur skype alors que les deux soeurs papotent, les cordes violoneuses grincent à qui mieux mieux au cas où on n'aurait pas compris que le drame est là ! Mais Benoît, bien que commençant à flairer qu'il y a un truc bizarre qui se passe, n'a toujours pas vu la tête de sa future belle-soeur, même si la cage d'escalier est tapissée de photos d'elle.
Pour ceux qui pourraient avoir mauvais esprit et trouver incroyable que lorsque l'on passe tous ses week-ends dans une maison sans jamais grimper à l'étage, je fais une petite mise au point. Lorsque l'on est un futur gendre, on est poli, on ne fouine pas dans les étages, endroits où sont situées les  chambres, lieux de l'intime. On ne les utilise pas, on se réserve pour le mariage.... Et pour les pointilleux, les toilettes sont au rez-de-chaussée !
Je ne raconterai pas la suite sinon, plus personne n'ira voir le film . Le suspens, grâce à la "musique intrigante" est à son comble.  Benoît épousera-t-il Chiara ? Ou alors finalement Charlotte ? Ou peut être se  rendra-t-il compte que belle maman, grande spécialiste des desserts à base se boudoirs, est finalement très désirable ? Mais d'autres questions peuvent surgir aussi . Mais pourquoi donc cette intrigue politico/judiciaire avec les malversations du maire de la jolie ville de province ? Et d'où sort cette voix off qui de temps en temps vient ponctuer le récit comme si un spectateur du 21ème siècle n'était pas encore capable de comprendre les ellipses ? Comment se fait-il que Charlotte soit habillée de la même façon 6 ans après ? Elle l'aime tant que ça ce chemisier et cette brassière noire ?
Vous comprenez bien que si le spectateur en vient à se poser toutes ces questions, c'est que l'ennui à commencer à le gagner. Le dicton, spectateur cherchant la faille, film qui déraille, est une fois encore vérifié! Malgré quelques scènes intenses entre Benoît Poelvoorde et Charlotte Gainsbourg, le film a du mal à passionner. Chiara Mastroianni y rejoue la soeur ingrate comme dans "Non, ma fille, tu n'iras pas danser" mais en version sacrifiée, le réalisateur ne s'intéressant guère à elle. Catherine Deneuve joue les utilités avec bonhommie et la "musique intrigante" devient au final ultra agaçante.
" 3 coeurs" est censé faire battre le notre.  Il n'y réussit pas souvent,faute à un scénario un peu tiré par les cheveux et surtout des dialogues succincts qu'une mise en scène, pourtant assez fluide, n'arrive pas à sublimer. Reste le plaisir de voir de bons acteurs....


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson