jeudi 11 septembre 2014

Gemma Bovery d'Anne Fontaine



Au départ, "Gemma Bovery" est un formidable roman graphique dont je suis fan et que j'ai beaucoup offert à des personnes hermétiques aux bande dessinées. J'ai souvent de bons retours de lecture car en plus de mélanger habilement littérature et bande dessinée, il se dégageait de cette histoire une bonne dose d'humour et de dérision. 
Adapter ce chef d'oeuvre de subtilité et d'écriture me semblait impossible, jusqu'à ce que Stephen Frears s'attaque à un autre roman graphique de Posy Simmonds ( l'auteur de Gemma) et réussisse pas si mal son adaptation de "Tamara Drewe". Il est devenu alors tentant pour les producteurs de s'emparer de celui-ci. Cette histoire d'une nouvelle Mme Bovary d'aujourd'hui a vraiment tout pour contenter à la fois un public un peu exigeant et un peu plus populaire. 
Seulement  le résultat sur les écrans est, pour moi, assez raté. Si l'originalité du sujet peut faire bonne impression sur un spectateur découvrant l'histoire, il n'en est pas de même pour l'admirateur du roman. Vous me direz que c'est le lot de toute adaptation, de décevoir le fan. En choisissant l'option de l'illustration la plus proche possible du roman, l'objet filmique devient totalement académique sans grâce et sans relief. 
Bien sur Gemma Arterton est sublimement belle et troublante et sa présence illumine un peu ce film. Mais que dire du reste ? Fabrice Luchini est totalement improbable en boulanger. Ici il ressemble à un gentleman farmer en goguette, toujours à se balader et on a du mal à croire qu'il puisse pétrir autant de délicieuses spécialités boulangères. Il roule bien des yeux devant sa voisine si gironde, il a les lèvres qui frémissent très bien de désir devant les rondeurs de la belle, mais tout cela reste très artificiel, un poil trop démonstratif car le spectateur n'a pas besoin de tout cela pour comprendre. Et puis, c'est filmé par Anne Fontaine, donc c'est joli, beau, sublime comme une carte postale mais hélas totalement vide par manque de point de vue réel. C'est filmé comme un téléfilm, ce qu'il sera dans quelques mois de toutes les façons, ça ne fait aucune vague, un zeste de sexe, un soupçon de vaudeville, Elsa Zylberstein plus vraie que nature en bourgeoise piquée de déco, et une aura de film un poil intello sous prétexte que Flaubert hante le scénario. Ce n'est pas désagréable à regarder, c'est juste très surfait et totalement plat. Je ne dirai rien de la fin, que certains trouvent surprenante, qui l'est sans doute, mais autant dans le roman c'était amené avec subtilité, autant ici, la lourdeur de la mise en scène donne une impression de grand n'importe quoi ! 
Vous l'aurez compris, je suis déçu par cette adaptation qui n'a pas su trouver son regard cinématographique en voulant coller au plus près du livre. Cet académisme enlève toute la force de cette histoire, ne livrant en fait qu'un film "qualité française" vieillot et beaucoup trop sage . 

2 commentaires:

  1. Bonjour Pierre D, j'attends de lire ton billet. J'ai beaucoup aimé le film mais je n'ai pas lu le roman graphique, donc je ne peux pas comparer. Bon samedi.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Pierre D, tu n'es pas tendre avec l'adaptation ciné mais c'est intéressant à lire. Sinon personnellement j'ai trouvé Luchini assez irrésistible. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson