dimanche 21 septembre 2014

Identique de Scott Turow


On retrouve sous cette couverture scientifique mais classieuse beaucoup d'ingrédients de ce qui fait un bon polar à la mode d'aujourd'hui. Prenez le duo d'enquêteurs. Il est dans un genre improbable, comme on aime : un vieil homme de plus de quatre-vingts ans, ancien de la Criminelle qu'accompagne une cinquantenaire, ex du FBI et un peu perturbée par sa rupture avec une jeune mannequin. Attachants et bien cernés, nous allons les suivre dans leur enquête autour d'un meurtre vieux de 25 ans,  une jeune fille tuée dans sa chambre après une grande fête de famille.
L'affaire ressort car l'un des protagonistes, Paul Gianis, est candidat à une élection et voit sa route barrée par les clips médisants du frère de la défunte, gros industriel rancunier, qui est intimement persuadé de sa culpabilité. Cette campagne de dénigrement accompagne la sortie de prison du prétendu coupable, le frère jumeau de l'homme politique.
En 25 ans les techniques d'investigations ayant énormément changé et nous allons donc avoir une dose de recherche scientifique très en vogue en ce moment. L'ADN, pour notre doublette de détective au service du riche businessman, va évidemment révéler des secrets bien enfouis sans toutefois apporter la solution. Les investigations iront bon train, s'accélérant comme de coutume dans la dernière partie.
Comme ce roman policier est américain, et qu'un des héros est avocat, il y a aussi une toile de fond judiciaire, complétée par une plongée au coeur du QG d'une campagne électorale. C'est dense mais bien mené , et si parfois je me suis un peu perdu avec quelques personnages secondaires, l'histoire tient agréablement ses promesses. On lit avec intérêt, surtout que l'écriture (et donc la traduction) est soignée. On est un peu mené en bateau, pensant imprudemment avoir trouvé la solution avant la fin.
Plus près d'Agatha Christie que d'Hannibal Lecter, plus porté sur l'intrigue que sur des rebondissements ahurissants et sanguinolents, "Identique" est le polar que l'on peut acheter les yeux fermés. Bien sûr, il ne révolutionne pas le genre ni ne stupéfie par son originalité, mais une écriture solide, alliée à une intrigue soignée sont l'assurance de passer un bon moment. Et pour peu que l'on soit féru de mythologie grecque, on prendra en plus, un petit plaisir à relier cette histoire de gémellité avec celle de Castor et Pollux. De quoi bien meubler quelques soirées d'automne ! 

1 commentaire:

Woman at war de Benedikt Erlingsson