dimanche 4 mars 2018

Quoi de neuf au mois de mars dans la chanson française ?


Evidemment, je ne peux que commencer par la bombe de ces derniers mois, Eddy de Pretto. Il avait ébouriffé par son franc chanté la variété hexagonale avec "Kid" et "Fête de trop" ( sur un premier EP ) mais avec la sortie hier d'un album de quinze titres, il s'impose sans problème comme une personnalité sur laquelle on va devoir compter dorénavant. "Ego", nettement mieux produit que les deux titres cités précédemment, impose ce jeune artiste et entre désormais dans la grande famille des grands chanteurs français.

Le 9 mars, un premier album ( "Possible") d'un dénommé Chaton devrait faire quelques vagues. En dehors de tout formatage physique, un peu plus âgé que les nouveaux venus actuels et après avoir travaillé pour Jennifer, Yannick Noah ou Natasha Saint Pierre, il nous propose un album électro reggae, à la voix auto tunée  qui peut énerver, mais une chose est certaine son titre "Poésie" reste dans la tête une fois entendu.

Puisque j'en suis au registre des chansons qui se collent dans le cerveau comme un morceau de scotch sur une paire de chaussures, en voici deux, qui, au mois de mars ( et plus sans doute), il vaudra mieux éviter d'écouter au réveil sous peine de se les traîner toute la journée. 
La première,  "Je veux tes yeux" de Angèle, semble courir à un succès plus grand que son précédent titre ( "La loi de Murphy"), faut dire, que l'on est pas loin de la chanson scie qui plaît tant à toutes les radios FM. 

La deuxième, n'est peut être pas engagée dans la voie du succès, lestée fortement par une étiquette "Eurovision" pas des plus branchée puisque représentant la France en mai prochain au fameux concours, mais force est de reconnaître que la mélodie entre bien dans la tête. Si l'on prendre la peine de regarder et d'écouter le clip, on s'apercevra que les belles paroles simples et humanistes ont une réelle portée ( sans compter que Mercy en anglais veut dire Pitié !). Alors, bon vent à " Mercy" du groupe Madame Monsieur !


Et je finis par ce que je pense être un tube en puissance ( si les radios FM s'en emparent, ça va faire un malheur ... quoiqu'avec la bien pensance actuelle ...le mot " joint" dans un titre... risque de refroidir les programmateurs zélés !). Donc voici "L'odeur des joints" du groupe Hollydays, titre porté par la très belle voix d'Elise Preys que magnifient de jolis arrangements électros. 






Dans le sillage de #metoo et de #balancetonporc, comment ne pas parler de ces deux chanteuses ...comment dire ? aux tentations violentes contre les hommes? 
La première au pseudo peu banal, K! , chante "L'adultère"  dans le sillage de la  chanson française pure et dure, celle à texte que l'on écoute, ici revisitée 2018 avec un accompagnements plutôt punchy comme la voix grave et prenante de K! ( écoutez bien jusqu'au bout... )


Dans un tout autre registre, plus pop, plus variété, mais avec la même envie de ne pas se laisser faire, voici Clara Luciani avec " La grenade" , qui ne devrait pas faire péter les charts mais dont les paroles fleurent bon une belle envie de ne pas se laisser marcher sur les pieds. 






Et pour terminer, voici le clip le plus insolite du moment, proposé par Alice Lewis dont l'album "Imposture" est sorti il y a un peu plus d'un mois. Voix proche de Mylène Farmer, arrangements électro pop actuels, je ne suis pas certain que le titre "Cabriolet" sorte vraiment du lot, ni qu'il soit aussi original ou décalé que les images ci-dessous... mais c'est une curiosité...


3 commentaires:

  1. Merci pour cette petite playlist,je rajouterais bien Hollidays,vu la période,et dans la catégorie chansons qui vous scotchent aux baskets et dans la tête :-)

    RépondreSupprimer
  2. Je suis vraiment étourdi car j'étais persuadé d'en avoir parlé le mois dernier ! Je rectifie tout de suite car ce titre est incontournable !

    RépondreSupprimer
  3. Ah bien y réfléchir, je serais tentée de rajouter Hoschi"je vous trouve un charme fou". Et puis sa "marinière" aussi qui colle si bien à la peau et dans la tête! Bon allez, j'arrête là...

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson