mardi 11 octobre 2011

Et rester vivant de Jean Philippe Blondel

Voici un livre relativement court, à la lecture aisée dans lequel on entre sur le bout des lignes.
Récit vraisemblablement autobiographique, tout en retenu et en pudeur. L'auteur après le décès de ses parents et de son frère décide avec l'argent de l'héritage de partir aux Etats-Unis, à Morro Bay, comme dans la chanson "Rich" de LLoyd Cole. Il emporte avec lui son ex copine, son meilleur ami et une tonne de tristesse. Le trio va naviguer de San Francisco à Morro Bay en passant par Los Angeles et le Mexique sans vraiment faire de rencontres ni vivre de grandes aventures. Ici, le cheminement est uniquement intérieur. On sent bien la fragilité du héros qui hésite devant la vie qui vient. Il hésite également à conduire les grandes voitures américaines. Il hésite sur les relations à mener avec ses deux compagnons d'aventure. Il hésite à continuer à vivre.
Et moi j'hésite à dire que j'ai aimé ce livre car je n'en sais rien. On sent bien que ce récit intime revêt une importance extrême pour l'auteur. Quant à moi, en tant que lecteur, j'ai pu apprécier ce style net et précis, empreint de retenu et d'émotion mais sans toutefois être en empathie avec le héros, comme si ces souvenirs ne s'adressaient qu'à lui même.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson