jeudi 15 décembre 2011

Des vents contraires de Jalil Lespert

Certains jours, je devrai me fier à mon intuition. Dès que j'ai vu la bande annonce "des vents contraires", j'ai bien senti l'ennui, le film pas vraiment emballant mais emballé comme une vague superproduction française avec tout un tas de chouettes acteurs, accompagnés d'enfants craquants et sur un scénario d'Olivier Adam, auteur reconnu et adulé.
Et le résultat est conforme à l'impression : vraiment pas terrible.
Vous me direz : "Oui, mais y'a Audrey Tautou, tout de même !
- Oui, mais elle disparaît dès la première minute pour réapparaître de temps en temps, en rêve, quand son mari (Benoît Magimel)  a trop le cafard de ne pas savoir ce qu'elle est devenue. (Nous, on a déjà fait notre deuil, mais bon, on n'était pas marié avec elle)
- Et Ramzy Bédia, il n'est pas formidable dans son premier rôle dramatique?
- Non, pas transcendant, il n'a pas assez de scènes pour tirer son épingle du jeu et son histoire tombe un peu comme un cheveu sur la soupe.
- Et Isabelle Carré ? Et Antoine Duléry ?
- Ils sont très bien, comme d'habitude, mais ils ne suffisent pas à sauver l'oeuvre."
Ce film n'est pas un polar, mais il aurait pu en être un, tous les éléments y sont. Comme ils n'intéressent pas le réalisateur, le spectateur est prié de se pencher au chevet de cet homme très malheureux et d'admirer tous ses nombreux tourments : solitude, culpabilité, colère, dégoût et j'en passe. Cela aurait pu nous émouvoir mais c'est simplement plat. A trop vouloir éviter le mélo, tout devient lisse, sans saveur. Les personnages secondaires passent dans une suite de scènes dont on voit pas tout à fait l'intérêt, plombant un peu plus la narration. Et je ne parle pas de la fin (ceux qui iront voir le film et qui ne seront pas encore endormis ou sortis risquent  de m'en vouloir), elle nous tombe dessus sans qu'on s'y attende, pour nous surprendre, mais c'est raté, on est déjà en train de se demander ce que l'on va faire à manger ce soir et si finalement on ne mangera pas les restes du poulet...
Le titre était prémonitoire : " des vents contraires" nous poussent vers d'autres films et celui-ci vers une sortie DVD très rapide.



1 commentaire:

  1. Comme toi, j'ai trouvé ce film plat.
    Tout était réuni pourtant pour que le film soit une réussite mais la mayonnaise n'a pas pris...
    Belle prestation des enfants tout de même !

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson