lundi 28 mai 2012

Mon premier album genre Panninni de GiedRé


Les pages "rebonds" de Libération sont souvent déclencheuses d'envies. Il y a une dizaine de jours, le portrait d'une jeune chanteuse franco/lituanienne m'a tout de suite donné le désir de l'entendre toute affaire cessante. 
Moi, quand je veux écouter un chanteur, une chanteuse, je file sur une plateforme de téléchargement légale (oui, ça existe des gens comme moi qui trouvent qu'ils font des affaires en téléchargeant légalement,  c'est moins cher qu'un CD et instantané). Seulement avec GiedRé, il ne faut pas être pressé. Absente d'Itunes ou Amazon, elle s'autoproduit mais de manière assez originale. 
Il faut aller sur  (http://www.giedre.fr/) son site très coloré genre Heïdi découvre la rue Saint Denis, acheter son disque en payant Paypal, disque que l'on recevra par la poste dès que la chanteuse aura réussi à trouver le temps de l'expédier, paraît-il elle même, avec ses petits doigts, dans le bureau de poste de son quartier.
En effet, quelques jours plus tard, arrive une enveloppe contenant un petit livret tout joli (avec même une photo de Jean Pierre Pernaud dessus ) accompagné d'un sac de petites images autocollantes mais toujours pas de CD.
Son disque s'appelant "Mon premier album genre Panninni", il nous faut donc jouer le jeu. J'ouvre donc la petite pochette de vignettes et commence à coller la première. Mais je me ravise très vite car, sur les emplacements, sont écrits des textes totalement décalés et drôles qu'il serait dommage de cacher.
Je range donc les images dans leur pochette non sans avoir gratté la pellicule grise posée en leur milieu. Plaisir intense et régressif pour un non gratteur de Tac o tac... Et c'est là qu'apparaissent des petits codes que je ne révélerai pas, qui, une fois écrits sur le site de la chanteuse permettent de télécharger les 8 titres. (Vous suivez ?)
Pendant le téléchargement, on a juste le temps de parcourir le livret qui est un hommage déguisé au défunt Hara Kiri du professeur Choron mais en version girly. C'est pipi, caca, avec ses tests trashs et ses fausses pubs pour cache-anus ( normal pour une chanteuse qui chante, entre autre, la sodomie). C'est potache, cru et drôle. GiedRé ne se positionne pas du tout en rivale de Céline Dion ou de Sh'ym mais évoque plutôt de lointaines consoeurs défuntes d'avant et d'après guerre qui faisaient les beaux jours des cabarets avec des chansons lestes et rigolardes.
Ce que confirme l'écoute des 8 titres proposés au niveau un peu inégal. Les thèmes abordés sont originaux : des handicapés qui vont aux putes, un prisonnier qui goûte à d'autres sexualités, un repas au restaurant avec des arrières pensées, le viol, ... D'autres plus décevants (au regard de ses premiers titres) : le parcours d'un ver de terre, ...
Uniquement accompagnée d'une guitare sèche, GiedRé balance ses chansons aux textes crus comme, hélas, la réalité, avec bonne humeur, d'une voix bien timbrée. C'est drôle mais surtout grinçant, proche du sketche. C'est assez original dans le paysage un rien formaté de la chanson française actuelle.
Personnellement, je ne pense pas écouter ça tout l'été en boucle. Ca manque un peu d'arrangements, d'instruments. Par contre, si la chanteuse se produit par chez moi, assister à un de ses concerts doit être assez plaisant car ses chansons sont faites pour la scène. A découvrir donc, en live, pour passer une bonne soirée dans un genre comique/trash et puis plus si affinité. 
Une idée de ce qu'est GiedRé avec une chanson douce et "gentille" de son précédent album :

2 commentaires:

  1. Ah génial ! j'adore !!! merci pour cette découverte

    RépondreSupprimer
  2. Quoi de plus décalé que de programmer la dernière tournante de Giedré dans les jardins de la cathédrale! Un vrai délice de concert pour clôturer l 'été le sourire aux lèvres...

    RépondreSupprimer

Tabarnak de Cirque Alfonse