lundi 9 juillet 2012

8 minutes de ma vie de Gilles Bornais


Ces 8 minutes sont celles que mettra Alizée, ex championne olympique du 800m nage libre (course qui n'existe pas encore) pour prouver au monde entier qu'elle reste bien le meilleure, lors d'une finale aux Etats-Unis. 
En fait, l'histoire se déroule sur 17 minutes exactement car nous assistons aussi à l'attente dans cette zone où le spectateur lambda ne pénètre jamais : la chambre d'appel.
Ce roman nous plonge dans le cerveau de la championne, tige blonde et médiatique, qui a connu la gloire de ceux qui ont rapporté une médaille d'or des J.O. Avant le départ de la course, elle va repenser à son parcours, à sa découverte par Philippe, l'entraîneur tyrannique, blond, musclé aux doigts et aux poignets cernés de bijoux. Il va l'accueillir chez lui, l'houspiller, la former durement jusqu'à l'obtention de sa médaille olympique. Elle se rappellera ses kilomètres de souffrance dans les bassins chlorés, son travail de préparation quotidien, harassant, été comme hiver, ses muscles meurtris par les innombrables longueurs, ses révoltes. Puis après la victoire, la gloire, les amours multiples et désastreuses, l'argent, l'envie de tourner la page.
Malgré tout cela, on la retrouve en finale d'une course déterminante pour la suite de sa carrière, partagée entre le désir de combattre encore et toujours et une vie plus douce. Elle jauge du coin de l'oeil ses adversaires, connaissant le signification de leur moindre geste, du plus rapide regard. 
Gilles Bornais, ancien nageur et entraîneur, restitue à merveille ces quelques minutes, faisant partager la tension extrême qui s'empare de la nageuse. La course est un vrai moment de suspens, pages prenantes et haletantes, le lecteur ressent l'eau glisser sur son corps, la moindre douleur musculaire comme s'il était lui même en train de nager ce 800m.
Cela rappelle évidemment l'histoire de Laure Manaudou et de Philippe Lucas. Mais attention, ici nous sommes vraiment dans un roman, pas dans un documentaire. La construction de ce livre, l'écriture précise et totalement prenante embarquent le lecteur au plus profond de la pensée d'une grande sportive avant une compétition.
C'est passionnant et à lire sans tarder, surtout à quelques jours des J O de Londres, histoire de se remémorer que tous ces athlètes sont bien sûr des hommes, des femmes ayant des muscles et un potentiel hors du commun, mais aussi des humains en proie au doute, à l'émotion, à la peur, loin des héros invincibles et triomphants d'une presse avide de sensationnel.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson